..

Inscription

<retour
   
Le temps dont on dispose

« Ainsi parle l’Eternel des armées, disant : Ce peuple dit : Le temps n’est pas venu, le temps de la maison de l’Eternel, pour la bâtir. Et la parole de l’Eternel vint par Aggée le prophète, disant : Est-ce le temps pour vous d’habiter dans vos maisons lambrissées, tandis que cette maison est dévastée ? » (Agg. 1:2-4)

Ce verset commence par une déclaration du peuple. Ils expriment ce qu’ils pensent et en guise de réponse l’Eternel pose une question. Laissons-nous sonder par cette question.

Cinq aspects peuvent nous guider à ce propos.

Le temps reçu

Le temps que le Seigneur nous accorde est un don de Dieu.

Un même don est confié à chacun de nous. Que faisons-nous de ce don, de ce cadeau ? « Tout ce qui nous est donné de bon et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières » (Jacq. 1:17) Tout ce que Dieu donne est bon et parfait, c’est une bénédiction. As-tu déjà remercié Dieu pour le temps qu’il te donne ?

Le Seigneur Jésus s’exprime par la voix du prophète : « Il me réveille chaque matin, il réveille mon oreille pour que j’écoute » (Es. 50:4). Le temps perdu ne se rattrape jamais. Tout ce que Dieu t’a donné est lié à une responsabilité. Un jour il te demandera : qu’as-tu fait de ce que je t’ai donné ?

Un temps limité

Le temps qui nous est donné par Dieu est limité.

Demain ne nous appartient pas. « Les jours des années de ma vie ont été courts » disait Jacob (Gen. 47:9). Que faisons-nous de notre vie actuellement, du temps que Dieu nous donne aujourd’hui ?

« Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs » (Héb. 3:7). Du temps nous est donné pour être sauvé. En Genèse 19:17, un homme était hésitant : « Sauve-toi, pour ta vie ! » (v.19), « Hâte-toi de te sauver là » (v. 22). Le récit nous montre que quelqu’un était en train de prier pour lui.

Ecclésiaste 3:1- 8 nous dit qu’il y a un temps pour tout. Tu ne sais pas ce que demain te réserve. Un jour, demain peut-être, ce sera le temps de lâcher tout ce qui a été gagné et amassé. Considère bien tes voies, « car notre vie s’en va bientôt » (Ps. 90:10).

Du temps pour communiquer avec Dieu

Chaque jour, nous disposons de temps pour communiquer avec Dieu.

Aujourd’hui, on vit dans un monde de « communication » de tout genre. A l’école, au travail, à la maison, chacun est occupé à contrôler ses messages à tout moment. N’as-tu pas eu de message aujourd’hui ? Peut-être penses-tu « personne ne pense à moi » ? Mais Dieu t’aime et désire parler avec toi.

« …et toi, arrête-toi maintenant, et je te ferai entendre la parole de Dieu » (1 Sam. 9:27). Arrête-toi maintenant car Dieu veut te parler !
« Marie…s’étant assise aux pieds de Jésus, écoutait sa parole. » (Luc 10:39) Elle pensait : « je n’ai maintenant rien de plus important à faire que d’écouter ce qu’il a à me dire. » On doit faire des choix. Un jour on aura à rendre des comptes.

On vit également dans un monde où chacun est trop occupé. L’ennemi nous garde constamment occupé pour empêcher notre communication avec Dieu.
Avec combien de personnes suis- je connecté et constamment en communication ? Qu’en est-il de ma communication avec le Seigneur ?

Quant au jeune Samuel, Dieu voulait lui parler, alors qu’il n’était encore qu’un petit garçon. « L’Eternel appela Samuel. Et il dit : Me voici » (1 Sam. 3:4). Les enfants ne sont pas trop petits pour communiquer avec Dieu.
Remarquons la belle réponse de Samuel (1 Sam. 3:10):
« Parle… » : Il met toute autre chose de côté.
« …car ton serviteur écoute » : Il s’applique à avoir une bonne attitude.

En ce qui concerne notre vie de prière, Romains 12:13 nous dit « persévérants dans la prière », c’est-à-dire avec instance et continuité.
Es-tu généralement « rapide » (ou bref) dans la prière ?

Du temps pour travailler pour Dieu

Dieu te donne du temps pour travailler pour lui.

« Et ayant appelé dix de ses propres esclaves, il leur donna dix mines, et leur dit : Trafiquez jusqu’à ce que je vienne » (Luc 19:13).
Chacun reçoit la même chose : le temps présent. Il nous dit : trafiquez jusqu’à ce que je vienne.

« Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, abondant toujours dans l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail n’est pas vain dans le Seigneur. » (1 Cor. 15:58).
Ceci s’adresse à chacun de nous (chaque croyant). Savons-nous abonder dans l’œuvre du Seigneur ?

« Le matin, sème ta semence, et, le soir, ne laisse pas reposer ta main ; car tu ne sais pas ce qui réussira, ceci ou cela, ou si tous les deux seront également bons. » (Eccl. 11:6)
« Le matin » peut s’appliquer aux jeunes : tu n’es pas trop jeune pour servir, pour semer. « Le soir » peut s’appliquer aux plus âgés : n’abandonne pas, même si tes forces faiblissent.
On ne peut que semer,et le fruit lui reviendra.

« Marchez dans la sagesse envers ceux de dehors, saisissant l’occasion. » (Col. 4:5).
Saisis le temps, use de sagesse envers ceux qui sont encore dehors! Saisir l’occasion veut dire que nous devons être attentifs pour accomplir les bonnes œuvres qu’il a préparées à l’avance.

« Prêche la parole, insiste en temps et hors de temps, convaincs, reprends, exhorte, avec toute longanimité et doctrine » (2 Tim. 4:2).
Il s’agit de ne pas attendre une opportunité particulière, il y a beaucoup d’opportunités pour partager la Parole de Dieu.

« Mais il est bon d’être toujours zélé pour le bien, et de ne pas l’être seulement quand je suis présent avec vous. » (Gal. 4:18).

Deux mauvaises façons d’utiliser son temps

Tu es peut-être confronté au danger de la paresse
Tu as de l’énergie et du temps mais tu tues le temps avec des jeux ou de la communication superflue...
« Va vers la fourmi, paresseux ; regarde ses voies, et sois sage » (Prov. 6 :6).
Une fourmi ne se couche pas en chemin et n’est jamais inactive.

Tu es peut-être confronté au danger de la sur-occupation
Nous sommes tous en danger de remplir notre vie de trop de choses. Pourquoi vas-tu cinq fois par semaine au fitness ? Considère tes voies.
« Nul homme qui va à la guerre ne s’embarrasse dans les affaires de la vie, afin qu’il plaise à celui qui l’a enrôlé pour la guerre » (2 Tim. 2:4).
Je suis trop jeune, trop vieux, trop heureux, trop fatigué, trop occupé, autant d’excuses qu’on se fait. Si quelque chose est vraiment important pour toi, tu trouveras toujours le temps de le faire. Ce n’est qu’une question de priorité.

Pour illustrer cette question des priorités dans nos vies, prenons l’exemple du triangle. Ses trois sommets représentent trois domaines de notre vie qui ont tous leur importance. Nous avons tous une vie professionnelle – premier sommet, une vie sociale (amis, épouse, enfants) - deuxième sommet, nous connaissons le Seigneur et sommes employés dans son œuvre – troisième sommet. Si le Seigneur et son œuvre nous est prioritaire, ce sommet du triangle sera en haut et définira nos priorités par rapport aux deux autres. Pensons à la position qu’occupe le triangle dans nos vies, quel sommet pointe vers le haut.
Le Seigneur est notre parfait exemple. Il a pris une décision ferme: prophétiquement il dit en premier lieu « J’aime mon maître » (Ex. 21 :5). Puis viennent sa femme et ses enfants, et il ajoute «je ne veux pas sortir libre»: sa vie professionnelle et sa vie sociale restaient intactes.
« Mais si le serviteur dit positivement: J’aime mon maître, ma femme et mes enfants, je ne veux pas sortir libre » (Ex. 21 :5)

Conclusion

Notre Seigneur et Sauveur est le modèle parfait en tout et toujours. Alors, comment mettons-nous à profit le temps que Dieu nous accorde sur la terre ?



Auteur: Hansruedi Graf
Auteur: D’après une méditation à Yarnfield (2015), de