..

Inscription

<retour
   
Bref aperçu des livres du Pentateuque - Partie 1

Introduction

Plusieurs fois dans les évangiles, nous voyons le Seigneur Jésus citer ou faire référence à l’un des cinq premiers livres de l’Ancien Testament. Il est intéressant de noter que le Seigneur Jésus appelle simplement cette partie de la Bible «Moïse». «Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi; car lui a écrit de moi. Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles?» Jean 5 : 46-47. Nous apprenons ainsi que Christ reconnaît tout à fait que Moïse soit l’auteur du Pentateuque. Dans la mesure où ce nom de «Moïse» est utilisé par le Seigneur nous devrions accepter aussi qu’il est l’auteur de ce livre, malgré ce que prétendent certains théologiens modernes.
Dans nos Bibles actuelles cette partie de la Parole de Dieu est appelée le «Pentateuque», nom d’origine grecque qui signifie «cinq livres». Les Juifs l’appellent la «Torah», mot qui veut dire enseignement. Dans la suite nous allons étudier le Pentateuque et donner un bref aperçu du sujet principal de chacun de ses cinq livres. Nous désirons y voir le Seigneur Jésus, qui a dit : Moïse a «écrit à mon sujet».

Le livre de la Genèse est le livre des commencements. On y trouve la création, les nations et la famille d’où viendra «la semence de la femme».

Dans l’Exode, nous verrons le sujet de la rédemption du peuple de Dieu.

Dans le Lévitique, nous apprendrons par la signification des sacrifices, que Dieu a ouvert un chemin pour nous permettre de nous approcher de lui, comme des sacrificateurs saints.

Dans les Nombres, nous verrons les fils d’Israël pendant leur voyage dans le désert, une image de notre position actuelle dans le monde.

Enfin, dans le Deutéronome, nous voyons le peuple d’Israël recevant les instructions de Moïse avant d’entrer dans le pays promis, parce qu’un peuple racheté doit être caractérisé par l’obéissance.

Mais tout au long de cette étude, nous verrons le Seigneur Jésus Christ qui est le centre et le sujet du Pentateuque.

La Genèse

Prémices et principes

La Genèse est le livre de la Bible dans lequel tout se trouve à l’état de semence. Il contient, en effet, le germe de toutes les vérités et de tous les sujets dévoilés ensuite tout au long de la Bible. Il s’ouvre en présentant un homme (Adam), placé dans l’état d’innocence, dans le jardin d’Eden, ayant accès à l’arbre de vie. Il se termine avec un homme (Joseph) enseveli dans un tombeau, en Egypte.
La création des cieux et de la terre (Gen. 1 : 1) a évidemment une immense signification. Par elle, la gloire de Dieu est révélée ; par elle, la puissance éternelle de Dieu et sa divinité sont perçues par l’homme sur la terre (Ps. 19 : 1 ; Rom. 1 : 20).

Dès le tout début, le péché étant entré dans le monde, nous trouvons révélés le remède de Dieu et son plan : la promesse de la semence de la femme, qui détruirait le pouvoir du serpent, mais ceci à travers de grandes souffrances. Les habits faits de peaux d’animaux, pour remplacer les feuilles de figuier, indiquent que Dieu allait fournir un vêtement pour l’homme coupable. Cela nécessiterait la mort d’un substitut. En même temps, les feuilles de figuier montrent que l’homme est incapable de se procurer lui-même le vêtement spirituel nécessaire.

Un autre principe fondamental est présenté dès le tout début ; il sera dévoilé à travers toute la Bible. Il est illustré par l’histoire de Caïn et d’Abel. La vie de ces deux hommes montre qu’il n’y a, au fond, que deux religions dans le monde. L’une est selon la pensée de l’homme et l’autre selon la pensée de Dieu, qu’il nous révèle. L’une est une religion basée sur des œuvres : Caïn a offert le fruit de son travail issu d’un sol maudit. L’autre est une relation vivante basée sur la grâce souveraine de Dieu, qui pourvoit à un substitut pour nous, et qui est reçue sur le principe de la foi : Abel a offert des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. Ainsi, dès les premières pages de la Bible nous est révélé ce qui s’est si souvent répété tout au long de l’histoire de l’humanité : les hommes cherchant à être justifiés soit par les œuvres, soit, au contraire, recevant par la foi ce que Dieu donne !

Deux récits

Le livre de la Genèse se divise en deux parties. La première partie couvre une période de 2000 ans. Elle correspond aux chapitres 1 à 11 et présente quatre grands événements : la création, la chute de l’homme, le déluge et la formation des nations. Ces événements préparent le terrain et posent les fondations du monde où nous vivons maintenant. Leur importance ne peut être surestimée.
La deuxième partie couvre une période de 300 ans seulement, mais elle occupe une plus grande place dans le livre ; elle correspond aux chapitres 12 à 50. Son but spécial est d’étudier quatre personnes appartenant à une seule famille, choisie par Dieu, à partir de laquelle sera formée toute la nation d’Israël. C’est de cette famille, dans un lointain avenir, que naîtrait le Messie. Ces quatre personnes sont : Abraham, Isaac, Jacob et Joseph.

Sept biographies

Dans la Genèse, nous trouvons sept hommes dont l’histoire et le caractère symbolisent des vérités importantes qui seront ensuite développées tout au long de la Bible. Elles trouveront leur plein accomplissement dans les pages du Nouveau Testament. Ces sept hommes sont :

Adam – le premier homme, l’autorité, la domination
Enoch – la marche avec Dieu, l’enlèvement
Noé – la grâce et la justice, le gouvernement
Abraham – l’appel de Dieu, l’élection, le principe de la foi
Isaac – la position de fils, la substitution, la résurrection
Jacob – la discipline de Dieu dans la vie du croyant, un résumé prophétique de l’histoire d’Israël
Joseph – les souffrances et le règne, la position d’héritier.

L’histoire de Joseph nous présente un des types de Christ les plus complets qui soient dans la Bible. Il a été rejeté par ses frères ; il a été vendu aux nations puis a régné sur elles ; enfin il y a eu la restauration de ses frères.

L’Exode

La rédemption

Le livre de l’Exode a été appelé le livre de la rédemption, et cela bien à propos. La rédemption est le thème principal qui court au travers de tout ce livre, soit du point de vue historique pour le peuple d’Israël, soit comme illustration de la rédemption pour le croyant dans l’ère chrétienne actuelle. On peutt dire que le livre du Nouveau Testament qui correspond à l’Exode est l’épître de Paul aux Romains, en particulier en rapport avec la propitiation pour nos péchés et la délivrance du péché qui habite en nous.
Le titre «Exode» signifie sortir et, en effet, c’est l’histoire des fils d’Israël quittant l’Égypte et délivrés de l’esclavage du Pharaon : une illustration précieuse de notre délivrance du péché et du pouvoir de Satan. Les grandes lignes de base de l’Exode sont :

Chapitres 1 à 18 : délivrance de l’Égypte.
Chapitres 19 à 24 : l’alliance avec l’Éternel.
Chapitres 25 à 40 : le tabernacle.

Moïse est le personnage principal dans l’Exode, et en tant que conducteur des Hébreux, il est une image éloquente de Christ, notre conducteur qui guide ses rachetés à travers le désert (Héb. 3 : 1, 2).
Il est intéressant de comparer la naissance de Moïse avec celle de Christ. L’Exode s’ouvre avec le récit de la naissance de Moïse et de la manière dont il a échappé au décret du Pharaon publié contre les enfants mâles des Hébreux. Cela s’est passé 400 ans après la promesse de Dieu à Abraham (Gen. 15 : 13). Le Nouveau Testament s’ouvre après 400 ans de silence, entre Malachie et Matthieu ; et il s’ouvre en présentant le Libérateur, Celui qui est venu pour sauver «son peuple de leurs péchés» (Matth. 1 : 21). Et de plus, dans le récit de la naissance de Christ, nous avons aussi de manière frappante le décret d’Hérode – semblable à celui du Pharaon – s’exécutant dans le massacre des enfants mâles de Bethléhem, mais Jésus y échappe ayant fui en Egypte.

Les types

L’Exode est un livre d’images ayant une signification spirituelle. Nous avons mentionné précédemment que Moïse est une de ces images particulièrement marquante, mais nous trouvons aussi dans l’Exode :

-l’agneau pascal – Christ notre Pâque ;
-la Mer Rouge – la mort de Christ pour nous ;
-les eaux de Mara rendues douces par un bois – l’amertume du péché annulée par la croix ;
-les douze palmiers d’Elim – rafraîchissement et repos dispensés par le ministère du Saint Esprit ;
-la manne descendant du ciel – Christ venu du ciel et demeurant sur la terre comme Homme ;
-le tabernacle et tout son mobilier.

Nous soulignons que ceci n’est qu’une liste brève, l’Exode étant riche et rempli d’images. «Tout cela n’est qu’une ombre des choses à venir» (Col. 2 : 17).

Le tabernacle

C’est le tabernacle qui fournit le tableau le plus complet des choses célestes et de Christ lui-même. Toute la seconde moitié de l’Exode traite des plans, de la construction et du mobilier du tabernacle. C’est une riche présentation de l’œuvre de la rédemption accomplie par Christ, mais aussi de cette vérité merveilleuse, que Dieu se prépare un sanctuaire pour habiter au milieu de son peuple (Ex. 25 : 8 ; 40 : 33, 34 ; cf Éph. 2 : 21, 22).
Dans toutes ses parties et les matériaux qui le composent, il présente la Personne et l’œuvre de Christ comme médiateur. Il est également une figure des choses célestes elles-mêmes, selon qu’il est écrit : «Les images des choses qui sont dans les cieux» (Héb. 9 : 23). Le tabernacle illustre aussi la manière pour l’homme pécheur de s’approcher de Dieu.
La description inspirée de Dieu commence par l’arche, au chapitre 25 : 10. Elle illustre Christ de la manière la plus élevée – lui qui est Dieu et homme en même temps. Et cette description se termine par la nuée de la gloire de l’Éternel remplissant le tabernacle au chapitre 40 : 34 – Dieu habitant au milieu de son peuple.

Lis le livre de l’Exode pour toi-même et savoure la manne quotidiennement !

Le lévitique

Le guide du sacrificateur

Le Lévitique est un livre de la Bible que certains négligent. Il leur paraît incompréhensible, sans application ni utilité pour les chrétiens aujourd’hui. Mais bien qu’il n’ait pas été écrit à notre sujet, il a certainement été écrit pour nous, «ces choses… ont été écrites pour notre avertissement» (1 Cor. 10 : 11).
Le titre du livre, «Lévitique», – qui ne se trouve pas en fait dans la Bible hébraïque, mais apparait dans la traduction grecque de l’Ancien Testament – a été donné en rapport avec les Lévites. Toutefois, ce livre ne se réfère pas vraiment aux Lévites, mais plutôt à la sacrificature (la sacrificature était réservée à la famille d’Aaron, d’entre les Lévites) et c’est pour cette raison que certains l’ont appelé le guide du sacrificateur. En fait c’est le livre des Nombres qui parle davantage des Lévites.
Ce qui est surprenant, c’est que le livre entier du Lévitique, ainsi que les dix premiers chapitres des Nombres, couvre une période d’environ cinquante jours seulement !
De même que les autres livres du Pentateuque, on peut dire que le Lévitique a son corollaire dans le Nouveau Testament. C’est l’épître aux Hébreux. Ce merveilleux livre de l’Ancien Testament esquisse le fondement saint et juste, sur lequel le peuple de Dieu peut s’approcher de lui comme sainte sacrificature.
Dans le livre de l’Exode, c’est «de la montagne» que Dieu parle à Moïse (Ex. 19 : 3), mais dans le Lévitique, il lui parle «de la tente d’assignation», ou du tabernacle. Pourquoi cela ? Parce que le tabernacle était achevé et avait été rempli de «la gloire de l’Éternel» (Ex. 40 : 33, 34), – Dieu s’était approché, et le peuple pouvait désormais s’approcher de Dieu par l’intermédiaire de la sacrificature et des sacrifices. Dieu n’était plus sur le mont Sinaï, mais habitait au milieu de son peuple. C’est une illustration de Dieu habitant dans l’Église par son Esprit.
Ne renonce donc pas à lire ce livre : c’est la Parole de Dieu qui nous est adressée, à nous, sacrificateurs saints, qui avons le privilège de nous approcher de lui !

Les sacrifices

Un des traits caractéristiques du Lévitique, c’est la quantité de détails qui sont donnés pour les offrandes mentionnées dans les chapitres 1 à 7. Celui qui étudie diligemment la Parole sera richement récompensé en poursuivant l’étude de ces chapitres.
Dans les chapitres 1 à 5, nous avons les 5 sacrifices principaux : l’holocauste, l’offrande de gâteau et le sacrifice de prospérité (appelé aussi sacrifice de paix), ainsi que les deux sacrifices pour le péché et pour le délit. Chaque sacrifice présente un aspect différent de la Personne et de l’œuvre du Seigneur Jésus Christ.
L’holocauste par exemple nous parle de l’obéissance de Christ jusqu’à la mort, pour la gloire de Dieu, mais aussi pour nous lier fermement, comme une compagnie amenée dans la faveur de Dieu et pour sa gloire. Dans l’offrande de gâteau nous voyons dépeinte la parfaite et sainte humanité de Christ, et sa vie sur la terre vécue en perfection, faisant les délices de Dieu.
Tous les sacrifices peuvent être divisés en deux catégories : «une odeur agréable», et les autres. Les sacrifices d’odeur agréable étaient en premier lieu pour Dieu, tandis que les sacrifices pour le péché et pour le délit soulignaient également les besoins de l’Israélite en tant que pécheur. Dans le premier sacrifice, l’holocauste, celui qui offrait était identifié avec le sacrifice, image du fait que nous avons été pleinement «rendus agréables dans le Bien-aimé» (Éph. 1 : 6). Dans le sacrifice pour le péché, c’est le sacrifice qui est identifié à celui qui l’offrait, Christ «a été fait péché pour nous» (2 Cor. 5 : 21).

Les fêtes de l’Eternel

Le chapitre 16 du Lévitique est un des chapitres les plus intéressants et importants de la Bible, comme présentant le rituel le plus saint dans le calendrier juif, le jour des expiations, ou «jour des propitiations» (Lév. 23 : 27). La doctrine de la propitiation et de la substitution est vue en type dans ce chapitre par les deux boucs désignés pour le sacrifice pour le péché. Hébreux 9 se base largement sur les figures du jour des expiations présentées en Lévitique 16.
Le chapitre 23 du Lévitique présente l’une des prophéties les plus étonnantes de la Bible, quoique de façon voilée. Le Saint Esprit utilise le cycle des fêtes du calendrier religieux d’Israël pour exposer la suite des événements, depuis la crucifixion jusqu’au Millénium. Ce chapitre a été appelé le calendrier prophétique de Dieu, en raison de la vue d’ensemble qu’il donne du passé et de l’avenir. Sans entrer dans tous les merveilleux détails, nous en donnons un bref résumé :

1.   La Pâque – l’œuvre de Christ sur la croix, la rédemption.
2.   Les Pains sans levain – la mise de côté du péché dans notre marche quotidienne, la sanctification.
3.   Les Prémices – la résurrection de Christ, le premier jour de la semaine.
4.   La Pentecôte (ou fête des semaines) – l’effusion du Saint-Esprit, et la formation de l’Église.
5.   Les Trompettes – le rassemblement et le réveil d’Israël dans un proche avenir.
6.   Le jour des Propitiations – la repentance des Juifs concernant le rejet du Messie.
7.   Les Tabernacles – le royaume millénaire de Christ.

Les fêtes commencent par la croix et se terminent par la gloire, en accord avec ce qui est écrit : «des souffrances qui devaient être la part de Christ et des gloires qui suivraient» (1 Pi. 1 : 11).

A la fin de cet aperçu du Lévitique, nous espérons que cela t’encouragera à le lire avec diligence et prière. Même si l’on prétend que ce livre est difficile, on a dit que quand il s’agit de la compréhension de la Bible, Dieu a laissé la clé près de la porte. Plus tu creuseras dans ce merveilleux livre, plus tu verras comme le Lévitique est une mine de richesses pour le croyant.



Auteur: Bryan Reynolds
Auteur: « (à suivre)