..

Inscription

<retour
   
Conseils pour l’étude de la Parole de Dieu

Introduction

Pour comprendre la Bible et recevoir son contenu, il s’agit de la considérer soigneusement et systématiquement. Une lecture occasionnelle de la Parole et sans objectif n’apportera guère de bénéfice au lecteur. Une simple lecture – sans méditation ni réflexion sur ce qu’on vient de lire – ne saurait être appelée une étude et n’apportera que peu de progrès.

Etudier signifie concentrer ses pensées sur un sujet et s’y consacrer avec zèle. Etudier englobe aussi une réflexion approfondie. C’est vrai dans tous les domaines. Pour nous chrétiens, n’oublions  pas que nous avons à étudier la Bible de cette manière si nous désirons saisir et comprendre sa doctrine et ses enseignements. Néanmoins, il faut plus qu’une étude intellectuelle pour saisir le sens et la signification des Saintes Ecritures.
Paul exhorte son enfant dans la foi en 2 Timothée 2 :15 : « Étudie-toi à te présenter approuvé à Dieu, ouvrier qui n’a pas à avoir honte, exposant justement la parole de la vérité. » L’expression « exposant justement la parole de la vérité » inclut la nécessité d’une analyse soigneuse de la Parole de Dieu. Il s’agit  d’être familiarisé avec la Bible et de connaître son domaine d’application afin de pouvoir ensuite distinguer et exposer justement ses vérités concernant respectivement les Juifs, les nations et l’assemblée de Dieu (1 Cor. 10 :32). On ne saurait être un ouvrier approuvé si on ne connait pas les pensées de Dieu telles qu’elles sont révélées dans sa Parole. On obtient cette connaissance en sondant diligemment la Parole dans un esprit de prière et en la mettant en pratique d’abord dans sa vie personnelle.

Etudier signifie réfléchir à un sujet – le méditer. Un certain nombre de passages dans la Bible mentionnent le fait de méditer la Parole de Dieu et de considérer ce qu’Il dit. Paul a écrit à Timothée : « Occupe-toi de ces choses; sois-y tout entier, afin que tes progrès soient évidents à tous » (1 Tim. 4 :15). Et il ajoute : « attache-toi à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement » (v. 13). Dans son dernier message à son enfant bien-aimé dans la foi il écrit, après lui avoir communiqué des vérités et des instructions importantes : « Considère ce que je dis; car le Seigneur te donnera de l’intelligence en toutes choses » (2 Tim. 2 :7). Ces versets nous incitent à nous occuper de la Parole de Dieu, à nous y attacher et à la considérer. Ce n’est qu’une telle étude qui pourra produire une réelle croissance spirituelle et la compréhension de la Parole de Dieu.

Dans le merveilleux Psaume 119, l’auteur mentionne à plusieurs reprises le sujet de la méditation sur les prescriptions et les statuts de Dieu. « Je méditerai tes préceptes et je regarderai à tes sentiers » (v. 15). « J’ai plus d’intelligence que tous ceux qui m’enseignent, parce que je médite tes préceptes » (v. 99). Les conséquences : une intelligence et un discernement spirituels.
Néanmoins n’en restons pas à des exercices de l’intelligence et du cœur lors de l’étude de la vérité que Dieu nous a révélée. Le Psalmiste continue en écrivant : « J’ai plus de sens que les anciens, parce que j’observe tes préceptes » (v. 100). Lorsque nous agissons selon les statuts de Dieu et que nous mettons en pratique ce que nous avons appris par l’étude de Ses pensées et de sa volonté, alors nous croissons dans la connaissance. Ainsi nous ne possédons pas seulement une connaissance intellectuelle mais une véritable connaissance soutenue par l’expérience pratique.

Des conditions indispensables

Repentance et nouvelle naissance

Si l’on veut saisir les pensées de Dieu qui nous sont révélées dans sa Parole, il est indispensable de s’être repenti de ses péchés et d’être né de nouveau, car « la pensée de la chair est inimitié contre Dieu, car elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, car aussi elle ne le peut pas » (Rom 8 :7). Une personne incrédule a son « entendement obscurci, étant étranger à la vie de Dieu » (Eph. 4 :18). Satan a aveuglé son cœur. « Or l’homme animal ne reçoit pas les choses qui sont de l’Esprit de Dieu, car elles lui sont folie; et il ne peut les connaître, parce qu’elles se discernent spirituellement » (1 Cor. 2 :14). Même l’homme le plus perspicace et le plus intelligent est entièrement aveugle quant à la signification des Ecritures aussi longtemps qu’il n’est pas né de nouveau.

Pour celui qui vit dans « l’inimitié contre Dieu », aucun degré d’éducation ne saurait lui donner la moindre connaissance au sujet de la Bible. Il est nécessaire d’abord que « la repentance envers Dieu et la foi en notre Seigneur Jésus Christ » (Act. 20 :21) soient présents et qu’un renouvellement ait été opéré dans l’âme par le Saint Esprit, pour pouvoir recevoir les choses de Dieu. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas encourager les incrédules à lire ou à écouter la Parole de Dieu. « L’entrée de tes paroles illumine », et la nouvelle naissance est opérée par la Parole et le Saint Esprit (Ps. 119 :130 ; 1 Pi. 1 :23 ; Jean 3 :5-6). Toutefois seul le croyant, né de nouveau, peut comprendre la Bible, du moins pour ce qui va au-delà des vérités de base de l’évangile.

La conduite du Saint Esprit

Il est important de se souvenir que c’est le Saint Esprit qui est l’auteur des Saintes Ecritures (2 Pi. 1 :21). Ce n’est que lui qui peut transmettre leur signification à notre âme. Cette personne divine habite dans chaque croyant et cherche à le conduire dans toute la vérité (Jean 14 :17 ; 16 :13-15). Il éclaire l’intelligence et le cœur des enfants de Dieu les conduisant dans les choses de Christ et dans les beautés et les perfections de la Parole de Dieu. Celle-ci est inépuisable.
Aucune méthode pour l’étude de la Bible ne peut remplacer la conduite du Saint Esprit pour sonder les Ecritures. Toute aide pour l’étude de la Bible, aussi parfaite qu’elle soit, est sans valeur si elle est utilisée dans l’indépendance du Saint Esprit. Lui seul peut nous fournir la clé pour comprendre la Bible d’une manière juste et nous conduire pas après pas dans la connaissance de son plan merveilleux. Mais l’Esprit se sert également d’instruments humains pour transmettre sa sagesse et pour aider les enfants de Dieu à comprendre la Parole. Toutefois ne perdons pas de vue le fait merveilleux de l’habitation du Saint Esprit dans chaque croyant. Lui seul est compétent pour nous conduire dans la compréhension de la Parole car c’est lui qui l’a entièrement inspirée.

La prière –un esprit de dépendance de Dieu

N’oublions pas non plus que l’étude de la Parole de Dieu devrait se faire dans un esprit de crainte, de prière et de dépendance de Dieu. Toute indépendance et toute confiance en la sagesse humaine doivent être mises de côté. Notre ignorance au sujet de la Parole de Dieu devrait nous pousser à prier Celui qui nous a dit par Jacques : « si quelqu’un de vous manque de sagesse, qu’il demande à Dieu qui donne à tous libéralement et qui ne fait pas de reproches, et il lui sera donné » (Jac 1 :5).

De nombreux passages de la Bible lient la prière à la Parole de Dieu, ne les séparons pas. Les douze apôtres ont dit : « Et, pour nous, nous persévérerons dans la prière et dans le service de la parole » (Act. 6 :4). Après la mention de la sixième partie de l’armure de Dieu – « l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu » – Paul exhorte à prier « par toutes sortes de prières et de supplications, en tout temps » (Eph. 6 :17-18). Le même apôtre écrit à Timothée : « car toute créature de Dieu est bonne … étant prise avec action de grâces, car elle est sanctifiée par la parole de Dieu et par la prière » (1 Tim. 4 :4-5).

Etudions donc la Parole de Dieu avec prière. Cela ne veut pas dire seulement de commencer et de finir nos moments d’étude par la prière – ce qui est d’ailleurs bien et nécessaire. Nous pensons davantage à la nécessité d’étudier la Parole dans un esprit de prière, dans la conscience de notre propre incapacité. N’ayant pas confiance en nous-mêmes, mais étant conscients que nous sommes dépendants de Dieu. Notre attitude devrait ressembler à celle du Psalmiste : « Ouvre mes yeux, et je verrai les merveilles qui sont dans ta loi » (Ps 119 :18). Ceci nous garde d’une connaissance purement intellectuelle comme de tout formalisme et notre âme en est rafraichie restant dans la communion avec Dieu. Il y a toujours le danger de tenir à des vérités sans vivre dans la communion avec Dieu ou d’enseigner des vérités sans les avoir expérimentées soi-même. Seule l’étude de la Parole de Dieu dans la communion avec lui est réellement utile.

Quand nous ouvrons la Parole de Dieu, nous avons souvent de la peine à rassembler nos pensées pour les concentrer sur le passage ou le sujet que nous nous proposons d’étudier. Ne serait-il pas judicieux de demander au Seigneur de nous aider à nous concentrer ? C’est justement peut-être au début que nous rencontrons des points difficiles. Demandons-lui de nous les expliquer. Si nous poursuivons ainsi notre étude, nous réaliserons les conséquences bénies d’un lien fort entre la prière et la méditation de la Parole de Dieu.

La base – la lecture quotidienne de la Bible

De toutes les différentes manières d’étudier la Bible, la plus importante c’est sa lecture régulière, quotidienne. Nous devrions lire et relire entièrement la Parole de Dieu, de la Genèse à l’Apocalypse, tout au long de notre vie. On ne peut pas assez souligner la nécessité absolue de laisser le texte de la Bible pénétrer complètement notre cœur et notre entendement. C’est irremplaçable, et doit être la base de tout approfondissement qui doit suivre. Si ce fondement n’est pas assez large et profond, alors tout ce qui sera édifié dessus, aussi grand et merveilleux que cela paraisse, manquera de stabilité.
Lire toujours à nouveau toute la Parole de Dieu est nécessaire. Cela donne une connaissance équilibrée des pensées de Dieu telles qu’Il nous les révèle par grâce. C’est aussi une sauvegarde quant aux avis unilatéraux et extrêmes. Ne lire de la Parole que quelques passages préférés, et d’autres jamais, n’est pas une bonne habitude. « Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et parfaitement accompli pour toute bonne œuvre » (2 Tim. 3 :16-17). Voilà pourquoi nous devrions lire toute la Bible.

Apprendre par cœur

En rapport avec l’étude de la Parole de Dieu, il est important également d’apprendre des versets par cœur. Certains pensent peut-être que c’est une activité pour les enfants à l’école du dimanche. Que les jeunes et les adultes – comme aussi les enfants – reconnaissent et saisissent pour eux-mêmes le privilège de cette activité précieuse. Oui, c’est même une nécessité pour tous ceux qui désirent croître dans la connaissance de la Parole de Dieu et du Seigneur Jésus et pour ceux qui désirent être utiles dans un service pour lui.
Celui qui a mémorisé des portions de la Bible possède

  • un arsenal de bonnes armes – prêtes à être utilisées pour résister à l’ennemi,
  • une provision de nourriture spirituelle – prête à nous fortifier au moment opportun,
  • une source de rafraîchissement – pour relever l’âme lassée.

Si nous avons appris par cœur une réserve abondante de différentes portions de la Parole de Dieu et que nous vivons dans la communion avec le Seigneur nous serons à même de trouver un mot d’avertissement à-propos pour le moqueur téméraire. Nous pourrons aussi rassurer par un verset approprié une âme angoissée.
L’esprit de Dieu peut ainsi nous rappeler l’un ou l’autre des versets que nous avons mémorisés. Il ne va pas nous rappeler ce qui ne nous est pas familier. Plus nous sommes familiarisés avec des passages de la Parole de Dieu, mieux nous pourrons rendre attentives d’autres personnes à ces passages. Toutes les portions présentes dans nos pensées et dans notre mémoire offrent au Saint Esprit des possibilités de nous bénir nous-mêmes et d’en bénir d’autres par notre moyen.

Notre Seigneur a gardé la Parole de Dieu dans son cœur : « ta loi est au dedans de mes entrailles » (Ps. 40 :8). Quand il a été tenté par le diable au désert il a pu le vaincre en citant des passages du Deutéronome. Il a aussi répondu souvent aux objections des pharisiens et des scribes par la Parole de Dieu qui se trouvait dans son cœur. C’est bien d’avoir la Parole de Dieu dans nos mains, mais c’est encore mieux de l’avoir aussi dans notre mémoire et dans notre cœur. « J’ai caché ta parole dans mon cœur, afin que je ne pèche pas contre toi » (Ps. 119 :11).

Notre souhait

Dans l’étude de la Parole de Dieu nous ne devrions pas mépriser ni négliger les nombreux livres écrits pour nous aider à la comprendre. L’apôtre Paul a demandé à Timothée de lui apporter les livres (2 Tim. 4 :13). Beaucoup ont étudié la Bible avec soin et persévérance. Leurs notes nous ont été conservées dans des livres pour notre avantage. Ainsi nous pouvons encore aujourd’hui tirer profit de leurs méditations, de leurs exercices, de leurs expériences spirituelles et de leur service. Ce sont aussi des dons spirituels que Christ a donnés « pour l’édification du corps de Christ » qui est l’assemblée (Eph. 4 :7-12).

Toutefois notre désir est d’encourager le lecteur à se consacrer à l’étude personnelle de la Parole de Dieu. Qu’il puisse devenir – sous la conduite du Saint Esprit, par une lecture attentive et la méditation dans la prière – un examinateur autonome. Il n’y a rien de comparable à une solide connaissance des écritures et des vérités divines que nous avons reçues de Dieu lui-même à travers un exercice et une recherche personnels avec l’aide du Saint Esprit.



Auteur: R.K. Campbell
Auteur: Adapté de «Our wonderful Bible»