..

Inscription

<retour
   
Une porte grande et efficace

« Mais je demeurerai à Ephèse jusqu’à la Pentecôte ; car une porte grande et efficace m’est ouverte, et il y a beaucoup d’adversaires. » 1 Cor. 16:8, 9

Deux traits caractérisaient le service de l’apôtre Paul à Ephèse. D’une part le Seigneur lui avait ouvert une porte pour annoncer l’évangile et enseigner les croyants. D’autre part il faisait l’expérience de l’adversité du diable contre l’œuvre de Dieu. Là où Dieu agit, le diable ne demeure pas inactif. Cela se retrouve souvent démontré dans le livre des Actes. Satan n’aime pas lorsque l’évangile est répandu et que les hommes viennent à croire au Seigneur Jésus. Il entreprend tout ce qu’il peut pour nuire à cette œuvre.

Que signifie l’expression : « une porte grande et efficace » ?
Deux versets nous aideront à trouver la réponse.

Une porte pour la parole
« Priant en même temps aussi pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole » (Col. 4:3).
Il s’agit ici de la possibilité que Dieu nous donne d’annoncer sa Parole ou de distribuer de la littérature biblique. Il peut nous ouvrir l’accès à une prison, nous faire obtenir l’autorisation pour un stand biblique, ou nous montrer des gens qui sont prêts à écouter la Parole de Dieu.

La porte de la foi
En Actes 14:27 nous trouvons un autre aspect : « ils racontèrent toutes les choses que Dieu avait faites avec eux, et comment il avait ouvert aux nations la porte de la foi. »
Lorsque des hommes acceptent l’Evangile ou que des chrétiens comprennent mieux la Bible par nos faibles efforts, alors c’est que Dieu a ouvert une porte de la foi. Il a travaillé dans les cœurs pour que le message soit reçu.
Dépendance en face d’une porte ouverte
En 2 Corinthiens 2,12 Paul parle d’une porte qui lui a été ouverte dans le Seigneur à Troade. Mais alors l’apôtre s’en va et tourne le dos à cette porte ouverte : « Ayant pris congé…je suis parti ». Nous nous souvenons que pour Paul, vivre, ce n’est pas l’évangile, ce n’est pas la porte ouverte, vivre, c’est Christ. Était-ce une occasion perdue ? Comme Paul doit être triste ! Non, car au contraire nous lisons : « Dieu qui nous mène toujours en triomphe ». Ainsi Paul ne profite pas de cette porte ouverte, étant retenu par son affection pour les Corinthiens.
Nous pouvons également penser à l’occasion où les disciples viennent vers le Seigneur Jésus et lui disent : « Tous te cherchent » Marc 1,37. Quelle occasion merveilleuse pour servir ! Mais le Seigneur Jésus répond : « Allons ailleurs ». Le Serviteur dépendant est l’exemple parfait pour nous – toujours soumis à la volonté de son Père et non pas dirigé par les portes ouvertes.



Auteur: Adapté de « Näher zu Dir »