..

Inscription

<retour
   
Être un véritable ami

« Vous êtes mes amis » – le Seigneur Jésus comme exemple

« Personne n’a un plus grand amour que celui-ci, qu’il laisse sa vie pour ses amis » (Jean 15:13). C’est précisément ce que le Seigneur Jésus a fait pour toi et pour moi : il a donné sa vie pour nous sauver de la séparation éternelle d’avec Dieu. De sorte que nous pouvons dire avec Paul : « ce que je vis maintenant dans la chair, je le vis dans la foi, la foi au fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi » (Gal. 2:20). C’est là le fondement de notre relation personnelle avec notre Seigneur et Sauveur – son sacrifice et son amour sont la cause de notre attachement intime avec lui.

Son attitude envers nous et ses magnifiques caractères nous apprennent ce qui devrait marquer toute amitié véritable :

• Il est toujours là pour nous et prend soin de nous (Matt. 28:20b et Ezéch. 34:11).

• Il est fidèle et nous protège du mal (2 Thess. 3:3).

• Il se confie à nous et nous communique ses propres joies (Jean 15:15).

Questions : qu’en est-il de notre côté ? Qu’est-ce qui caractérise notre relation avec le Seigneur ? Est-ce pour nous un honneur qu’il nous appelle ses amis [1] ? Comment répondons-nous à son amour, à ses soins, à sa fidélité, à sa protection, à son ouverture et à sa proximité ?

Existe-t-il vraiment un amour réciproque ? – « Nous, nous l’aimons parce que lui nous a aimés le premier » (1 Jean 4:19). Connaissons-nous une relation de confiance avec notre Seigneur ? Nous intéressons-nous aux choses qui lui sont importantes et précieuses ? Montrons-nous de la fidélité dans les petites comme dans les grandes choses de notre vie ?

Souvenons-nous que notre Seigneur Jésus prend parfaitement part à notre vie, à nos joies comme à nos peines. Nous le voyons bien en Jean 11 lorsque le Seigneur exprime ces paroles touchantes « Lazare, notre ami, s’est endormi » alors qu’il se mettait en route pour donner aux siens une leçon particulière de la gloire de Dieu. Lis le chapitre entier et tu t’émerveilleras de la profonde sympathie ainsi que de la puissance divine du Seigneur Jésus (particulièrement les versets 32 à 44).

Les véritables amitiés parmi les croyants

Si notre relation avec le Seigneur Jésus est vivante, nous serons toujours plus en mesure de construire et de soigner de vraies amitiés entre nous. C’est pourquoi nous considérerons dans la suite de cet article quelques pensées au sujet des relations entre nous.

D’abord, quelques courtes remarques :
• Une véritable amitié, au sens biblique, ne peut exister qu’entre des chrétiens qui sont nés de nouveau. Jacques décrit une tentative du contraire d’une façon claire et nette : « l’amitié du monde est inimitié contre Dieu » (Jacq. 4:4).
• De plus, les pensées qui suivent se rapportent à une amitié entre deux frères ou entre deux sœurs. Car une amitié entre un frère et une sœur est une relation que la Bible ne connait pas en dehors du mariage.

Proverbes 17:17 est un verset clé sur l’amitié entre croyants : « L’ami aime en tout temps, et un frère est né pour la détresse. » Une amitié véritable ne dépend pas des circonstances de la vie ni des éventuels manquements de l’autre  – « l’ami aime en tout temps ». Et c’est justement dans les moments difficiles que l’ami se montre comme un frère qui a de la compassion et qui aide à porter les fardeaux.

Le livre des Proverbes nous donne encore bien des enseignements au sujet de l’amitié. Par exemple : « la douceur d’un ami est le fruit d’un conseil qui vient du cœur » (Prov. 27:9b) – celui qui te donne un conseil sincère en cherchant ton bien est vraiment un ami précieux. Un tel conseil peut être parfois douloureux et mettre ton amitié à l’épreuve, alors la Parole de Dieu fait suivre immédiatement une exhortation importante : « N’abandonne point ton ami, ni l’ami de ton père » (Prov. 27:10a). La véritable amitié se manifeste dans la fidélité et la constance. Le lien amical devient d’autant plus fort qu’on sait partager avec confiance et sincérité, et cela même au sujet de nos manquements respectifs.

En méditant ces expressions de la Parole, nous réalisons bien que de telles amitiés sont précieuses et qu’on ne pourra ni les trouver ni les entretenir par le moyen de réseaux sociaux (tels que Facebook par exemple).
Considérons maintenant deux exemples d’amitiés véritables de l’Ancien Testament, afin d’en tirer des enseignements pratiques pour établir nos amitiés selon la pensée de Dieu.

Daniel et ses amis
Dan. 1:6-20 et 2:16-23,49

L’histoire de Daniel et de ses trois amis nous enseigne bien des leçons sur les amitiés que nous pouvons avoir de nos jours. Exilés dans un milieu inique et idolâtre, ces quatre jeunes hommes sont restés fidèles aux commandements de leur Dieu mais sont aussi restés fidèles les uns aux autres. D’où leur venait la force pour cette amitié dans des circonstances si difficiles ? Leur crainte de Dieu les unissait de sorte que Daniel a pu adresser leur requête commune au prince des eunuques (chapitre 1). Qu’en est-il de toi et de tes amis ? Est-ce la crainte de Dieu et la joie pour sa Parole qui vous unissent ? Ou est-ce uniquement un intérêt commun pour le foot, ou pour la dernière mode ou pour tout autre passe-temps ?

Le chapitre 2 nous révèle encore un autre lien qui soudait ensemble ces quatre jeunes : la prière en commun. Les épreuves devenaient de plus en plus difficiles et il était même question de vie ou de mort pour l’un des quatre amis. Dans ces circonstances, Daniel a demandé un délai au roi afin de pouvoir, avec ses amis, « implorer, de la part du Dieu des cieux, ses compassions » (Dan. 2:18). As-tu un tel ami ou de tels amis avec lesquels tu peux prier ?

David et Jonathan
1 Sam. 18:1-4 + 23:16 et 2 Sam. 1:26

En lisant attentivement l’histoire de David et Jonathan, nous réalisons la relation particulière qui existait entre ces deux jeunes hommes. Leur amitié ne dépendait pas de détails superficiels dans leurs circonstances de vie mais elle avait son fondement dans leur relation avec l’Éternel, le Dieu d’Israël. C’est justement quand Saül persécutait David d’une manière particulièrement forte que Jonathan s’est levé pour aller vers lui pour fortifier sa main en Dieu (1 Sam. 23:16).

Que tirer de ce récit pour nos propres amitiés ? Une véritable amitié a toujours besoin d’un fondement spirituel. Son but premier, qui est aussi le plus important, est de servir à l’aide et à l’encouragement mutuels dans la foi. « Deux valent mieux qu’un; car ils ont un bon salaire de leur travail. Car, s’ils tombent, l’un relèvera son compagnon; mais malheur à celui qui est seul, et qui tombe, et qui n’a pas de second pour le relever! » (Eccl. 4:9-10).

Aujourd’hui encore, rendre visite à son ami est la manière la plus profitable de se fortifier mutuellement dans la communion. Mais nous avons aussi tant de possibilités de fortifier nos mains pour bien faire (comp. Néh. 2:18) : Pourquoi ne pas écrire une fois un SMS avec un verset de la Bible qui t’a particulièrement touché ou envoyer un email avec le lien d’un bon article duquel tu as retiré un profit spirituel ? Si tu sais que ton ami se trouve seul à la maison, pourquoi ne pas lui téléphoner ? Si vous habitez assez près l’un de l’autre, retrouvez-vous régulièrement pour échanger, pour prier, pour lire la Parole de Dieu et pour ensemble servir les autres.

Comme Jonathan, soyons prêts à quitter le palais royal, c’est-à-dire notre propre confort de vie, pour retrouver notre ami dans « le bois » et parler de choses spirituelles et nous orienter vers le Seigneur Jésus. Dans leurs circonstances particulières, David et Jonathan pouvaient compter l’un sur l’autre. Nos amitiés devraient aussi être marquées par la confiance mutuelle, la transparence et la fidélité. Peut-être qu’un jour ton ami se trouve une fois dans une situation de détresse dont personne n’a connaissance si ce n’est toi – sois présent, écoute, ne déçois pas sa confiance. Avec l’aide de Dieu montre-toi comme un « frère né pour la détresse » (Prov. 17:17).

Conclusion

Que notre Dieu affermisse les amitiés qu’il a déjà pu créer parmi des croyants engagés. Qu’il donne une nouvelle orientation là où il n’est plus question premièrement de lui et de ses intérêts. Qu’il accorde aussi de nouvelles véritables amitiés qui nous aident à suivre ensemble le Seigneur Jésus et à servir notre Dieu et Père.

1 La Bible ne nous donne aucun exemple ou passage qui nous permettrait de nous adresser au Seigneur Jésus par le titre « ami ». Nous avons certes le privilège de le connaître dans notre vie comme le meilleur ami, mais il reste néanmoins notre Seigneur et Maître que nous aimerions suivre.



Auteur: Fokko Peters
Auteur: - « Folge mir nach » 01/2014