..

Inscription

<retour
   
Joas, un jeune roi

Après la mort d’Achazia son fils, Athalie la reine-mère impie cherche à tuer toute la descendance royale. Elle y réussit presque. Mais Dieu veillait à ce que la lignée royale de David ne soit pas interrompue.

Joas, un fils du roi, encore bébé, a pu être caché par Jehoshabhath, la femme du sacrificateur Jehoïada. Ainsi la cruelle souveraine n’a pas pu le tuer.

Six ans plus tard, assisté par Jehoïada, Joas devient roi. Il régnera 40 ans à Jérusalem. Il fait ce qui est droit aux yeux de l’Eternel tout le temps que le sacrificateur est à ses côtés. Mais après la mort de Jehoïada, il se détourne de Dieu et subit une fin terrible.

Sa biographie tragique nous est décrite en 2 Chroniques 24. C’est un avertissement pour les jeunes qui grandissent dans des familles chrétiennes : sans une relation personnelle avec Dieu on est sûr d’échouer en tant que chrétien, car on ne vit pas de la foi de ses parents.

Une bonne influence

Enfant, Joas a vécu six ans chez Jehoïada et Jehoshabhath dans la maison de Dieu (2 Chron. 22:12). Ce couple s’est dépensé pour les intérêts de Dieu ayant un cœur pour son peuple (2 Chron. 24:16). Ils ont ainsi exercé une influence positive sur cet enfant.

Soyons reconnaissants de tout cœur envers le Seigneur d’avoir des parents croyants. Par leur crainte de Dieu, leur confiance en lui et leur enseignement biblique, ils nous transmettent un grand trésor pour la vie. Mais cela ne suffit pas. Pour que nous puissions, nous aussi les jeunes, voler de nos propres ailes quant à la foi, il nous faut nous décider chacun personnellement pour Jésus Christ :

• A commencer par la conversion : ce n’est que par la confession de mes péchés et la foi personnelle en la mort expiatoire du Seigneur Jésus que je puis être sauvé.

• Puis aussi dans la vie comme disciple : les enfants peuvent encore s’appuyer sur leurs parents dans les conflits avec le monde. Mais lorsque nous grandissons, il est nécessaire de prendre position personnellement. En tant qu’adolescents ou jeunes adultes sommes-nous engagés à suivre le Seigneur Jésus? Nous tenons-nous fidèlement de son côté en traversant ce monde?

• Il en va de même en ce qui concerne le chemin collectif des croyants : connaissons-nous les principes bibliques pour nous réunir au nom du Seigneur Jésus ou allons-nous aux réunions seulement par habitude? A cet égard il est primordial d’avoir une conviction personnelle au sujet de ce que la Bible enseigne. Faute de quoi nous sommes en danger de nous laisser détourner, par les difficultés de la vie ou les attaques de l’ennemi, du lieu précieux où le Seigneur a promis sa présence (Mat. 18:20).

Un bon départ

En tant que jeune roi, Joas avait à cœur de restaurer la maison de l’Eternel que la méchante Athalie et ses fils avaient détruite (2 Chron. 24:4 et 7). Il se met au travail avec zèle. Selon l’ordonnance de Moïse, il commande aux lévites de recueillir de l’argent parmi les Israélites pour couvrir les frais des artisans qui réparent la maison de Dieu. Mais les lévites ne se hâtent pas, de sorte qu’il prend lui-même les choses en main. Il fait mettre un coffre à la porte du temple. C’est là maintenant que les hommes de Juda doivent apporter le tribut de Moïse.

L’argent apporté était compté soigneusement par deux serviteurs et remis à ceux qui conduisaient le travail à la maison de Dieu et qui payaient les spécialistes. Ainsi le temple fut remis en état sous la direction énergique du jeune roi Joas.

Son intérêt et son énergie pour la maison de Dieu sont exemplaires. Aujourd’hui, la construction de la maison spirituelle nécessite aussi les forces des jeunes. Bien des tâches peuvent être accomplies par de jeunes croyants : collaboration à l’entretien du local de rassemblement, service de taxi pour des frères et sœurs âgés, intercession pour l’assemblée locale, collaboration dans l’école de dimanche, etc. En plus, les jeunes frères sont placés devant l’exercice, suivant leur âge et leur maturité spirituelle, de participer dans les réunions d’assemblée.

Est-ce là ton désir, de reconnaître et d’accomplir, avec humilité et persévérance, ce que le Seigneur te demande pour le bien de l’assemblée locale?

Une mauvaise influence

Jehoïada, le sacrificateur, est mort à l’âge de 130 ans. Il avait donné au roi tout l’appui possible durant une longue période. Quelle allait être alors la suite ?

Après sa mort les chefs de Juda viennent et s’inclinent devant le roi Joas. Par des flatteries, ils cherchent à s’attirer la faveur du roi – et ils  réussissent. Le roi les écoute. Ensemble ils abandonnent la maison de l’Eternel et se prosternent devant des idoles. Joas est devenu un idolâtre - lui qui autrefois s’était investi avec tant de zèle pour les choses de Dieu !

Comment a-t-il pu en arriver là? Il semble que Joas se soit appuyé sur le sacrificateur Jehoïada pour toutes les questions concernant la foi sans cultiver une relation personnelle avec Dieu. Maintenant que son appui a été ôté, une immaturité effrayante se manifeste. Tout comme Joas avait écouté Jehoïada, il se laisse conduire maintenant par des conseillers impies.

Cette circonstance nous apprend combien c’est important d’atteindre à une conviction personnelle fondée sur la Parole de Dieu. Alors posons-nous la question : comment arriver, en tant que jeune croyant, à une conviction personnelle dans la foi pour ne pas être entraîné par le mal ? Voici quelques éléments de réponse :

• On commence par rechercher les pensées de Dieu dans sa Parole avec le sincère désir de connaître sa volonté (Col. 1:19).

• On aura nécessairement une relation personnelle et quotidienne avec le Seigneur Jésus. Cultivons-nous une vie de prière avec lui ? Lui disons-nous tout ce qui nous préoccupe ? Lui demandons-nous son aide dans nos difficultés?

• Il est également nécessaire de faire par soi-même des expériences de foi avec Dieu, apprenant à prendre toutes nos décisions avec lui, vivant chaque journée consciemment avec lui et cherchant à mettre en pratique sa volonté.

A l’aide d’une histoire simple, le Seigneur Jésus nous invite à construire notre maison (= toute notre vie) sur le roc pour ne pas ressembler à Joas et éviter de faire naufrage quant à la foi : « tout homme qui vient à moi, et qui entend mes paroles et les met en pratique » construit sa maison sur le roc et ne sera pas ébranlé dans les tempêtes (Luc 6:47-48).

De plus, il est indispensable de nous séparer consciemment du mal afin d’être gardé des mauvaises influences et pour rester sur le bon chemin. La Parole de Dieu nous y engage à plusieurs reprises (1 Thess. 5:22 ; 1 Pierre 3:11).

Une fin tragique

Dieu met en garde le roi et le peuple en leur envoyant des prophètes pour les faire revenir de leur mauvais chemin. Mais ils n’ont pas écouté ces messagers. Et lorsque Zacharie le fils de Jehoïada, envoyé par Dieu, réprimande le peuple, Joas va jusqu’à le faire mourir. Ainsi il rend le mal de façon terrible pour tout le bien que le père de celui-ci lui avait manifesté.

Alors l’Eternel recourt à un autre moyen. Il laisse l’armée de Syrie attaquer Jérusalem et tuer tous les chefs du peuple – les initiateurs du déclin. Après cette attaque le roi Joas est laissé à Jérusalem dans de grandes maladies avant d’être finalement assassiné par ses serviteurs.
Nous reconnaissons en cela la main de Dieu qui agit solennellement et avec justice. Une fois de plus, la parole de Gal. 6:7 s’avère vraie : « Ne soyez pas séduits ; on ne se moque pas de Dieu ; car ce qu’un homme sème, cela aussi il le moissonnera. »

Bilan

Par cette fin tragique de Joas nous sommes exhortés :
• à avoir une vie de foi personnelle,
• à ne pas nous laisser induire au mal par de mauvaises influences et
• à ne pas négliger un avertissement de Dieu.



Auteur: Matthias Billeter