..

Inscription

<retour
   
Le Seigneur Jésus est toujours actif pour moi

Plusieurs passages bibliques parlent des prières du Seigneur Jésus. La plupart se réfère naturellement au temps où le Seigneur Jésus était sur la terre. Il intercédait entre autre pour ses disciples (Luc 22,32). Qu’en est-il actuellement alors qu’il est au ciel ? Y intercède-t-il aussi en ma faveur ?

Depuis son élévation au ciel, le Seigneur Jésus n’a pas cessé de s’engager en faveur de ses disciples et de son peuple. Au moins quatre passages nous le montrent :

  • Romains 8,34 parle de Christ « qui est aussi à la droite de Dieu, qui aussi intercède pour nous. »
  • En Hébreux 7,25, nous lisons qu’il est « toujours vivant pour intercéder pour eux (les croyants). »
  • Hébreux 9,24, nous dit que Christ est entré dans le ciel même « afin de paraître maintenant pour nous devant la face de Dieu. »
  • Enfin 1 Jean 2,1 indique que le Seigneur ne reste pas inactif en ce qui concerne nos péchés.

Pourquoi alors avons-nous besoin que le Seigneur Jésus intervienne en notre faveur au ciel et qu’il intercède pour nous ?

Il s’intéresse à moi !

J’ai toujours été impressionné en pensant combien le Seigneur Jésus, oui Dieu lui-même, tient à moi, comment il s’intéresse à moi et s’occupe de moi. Dès avant la création de la terre, Dieu s’est déjà occupé de moi. Il m’a élu pour que je devienne son enfant et m’a prédestiné pour être adopté (Ephésiens 1, v. 4 et 5). Lorsque Jésus est mort sur la croix, il a aussi pensé à moi. Par amour pour moi, il s’est livré lui-même. Il était aussi chargé de mes péchés. Il les connaissait tous et les a reconnus comme siens devant Dieu. Avant que je naisse, il connaissait déjà toute ma vie. Vint alors le moment où j’ai été conçu. Le Psaume 139 en fournit une description impressionnante. Il m’a tissé dans le ventre de ma mère (v. 13), il a vu ma substance (v. 16), il m’a façonné comme une broderie (v. 15), il m’a fait d’une étrange et admirable manière (v. 14). Depuis ma naissance, il me sonde, il me connaît parfaitement, lorsque je m’assieds et que je me lève, mes pensées, mon sentier et mon coucher, toutes mes voies et toutes mes paroles lui sont connues (v. 1 à 4). Qu’Il me porte autant d’attention, n’est-ce pas étonnant ?

J’étais pourtant perdu et je devais être sauvé. Il s’est levé et m’a cherché jusqu’à ce qu’il m’ait trouvé, comme le berger de Luc 15 v. 4 à 7, qui a cherché sa brebis perdue. Il m’a alors chargé sur ses épaules et, depuis lors, il me porte vers la maison. Sa grâce permettra que j’atteigne le but. Néanmoins, quant à ma responsabilité, je suis souvent comme la brebis volontaire, qui se retrouve dans des situations dangereuses, par sa propre faute. Il se peut aussi que le Berger me fasse traverser un passage difficile par amour et pour me former. Le Seigneur ne peut pas toujours m’épargner ces expériences, mais c’est alors qu’il intercède et prie pour moi.

Il prie pour moi quand je suis dans la détresse !

Le Seigneur Jésus a donc prié pour ses disciples. Aujourd’hui encore, Il porte le même intérêt aux siens et son profond engagement en notre faveur se constate en lisant les récits des évangiles. Je voudrais d’abord considérer Matthieu 14 v. 22 et suivants. Nous y trouvons les disciples se rendant là où le Seigneur leur avait ordonné d’aller. Cela n’empêche pas qu’ils se trouvent dans la détresse. T’es-tu déjà trouvé dans une telle situation ? Tout en suivant le chemin que le Seigneur t’a montré, tu dois faire face à des vents contraires, ainsi que subir les hauts et les bas d’une navigation tourmentée. Ainsi le Seigneur me fait passer par une épreuve de foi que je ne comprends souvent que plus tard. Me laissera-t-il sombrer sans me venir en aide ? Non, mais il ne vole pas toujours immédiatement à mon secours. Il attend parfois jusqu’à la quatrième veille, au moment où toutes mes forces sont épuisées. Pourtant, je puis être assuré qu’il voit mon tourment (Marc 6,48), qu’il intercède pour moi (Matthieu 14,23) et qu’il viendra au temps voulu mettre fin à mon épreuve.

Je peux aussi appliquer ce récit à toute ma vie passée avec le Seigneur. Ma barque est constamment soumise aux dangers du monde qui m’entoure alors que le Seigneur n’est pas physiquement présent. Mais il me voit et intercède pour moi ! Tôt ou tard viendra pour moi cette quatrième veille, lorsque le Seigneur reviendra pour mettre fin à toutes ces épreuves.

Il prie pour moi lorsque je suis en danger !

Il y a des situations critiques dans lesquelles je me trouve de part ma volonté propre. La Parole de Dieu fournit aussi à cet égard un exemple bien à propos, c’est le reniement du Seigneur par Pierre. Regardons en Luc 22,32, où le Seigneur Jésus dit à Pierre : « J’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas ». C’était avant que Pierre le renie. Le Seigneur connaissait parfaitement son disciple. Il savait ce qui lui arriverait. Il savait qu’il surestimait sa force et qu’il tomberait. Pierre devait apprendre combien son cœur naturel était mauvais. L’amère réalisation de son état mettait la foi de Pierre à rude épreuve. Le danger était grand qu’il se mette à désespérer. Satan était prêt à le cribler (v. 31). Il n’attendait que le moment propice pour tirer contre lui ses dards enflammés (Ephésiens 6,16).N’ai-je pas aussi appris à connaître la méchanceté de mon cœur, et cela souvent au travers d’amères expériences ? Alors les doutes m’assaillent quant à la réalité de ma conversion. Mais le Seigneur a déjà intercédé pour moi à l’avance, afin que ma foi ne défaille pas, et que je sois amené à confesser mon péché sincèrement. Nous pouvons bien le remercier de s’occuper de nous avec une telle fidélité.

Il assure ma défense !

Le fait que Pierre ait renié son Seigneur est un grave péché. Malheureusement, je commets aussi souvent des péchés. C’est pourquoi le premier verset de 1 Jean 2 m’est bien précieux : « si quelqu’un a péché, nous avons un avocat (un représentant) auprès du Père, Jésus Christ, le juste ». Tout péché est une offense envers Dieu. Heureusement que j’ai cet avocat, ce défenseur, qui, lorsque je pèche (pour parler de manière imagée), rappelle alors à son Père qu’il a déjà expié ce péché, lui le Juste pour les injustes (1 Pierre 3,18). Mon défenseur plaide, pour ainsi dire, toujours en faveur d’un non-lieu. Non pas parce que le péché n’est pas grave en soi, mais parce qu’un autre, le Seigneur Jésus lui-même, en a subi la punition. Celui qui a intercédé même en faveur de ses ennemis (Luc 23,34), ne défendrait-il pas d’autant plus ma cause auprès de son Père ?

Et, simultanément, il agit en moi comme un avocat, (par un passage de la Bible, par exemple) afin que je reconnaisse mes péchés et que je réalise la nécessité de les confesser à Dieu. Ceci afin que je puisse poursuivre ma course, étant heureux dans sa communion.

Réalisons-nous que nous avons toujours besoin des prières, des intercessions et des interventions (plaidoiries) du Seigneur Jésus dans toutes les situations de notre vie ? Qu’il m’est doux de penser qu’il tient constamment ses mains élevées en intercession. Celles de Moïse étaient devenues pesantes et devaient être soutenues par Aaron et Hur, pour que le peuple ait le dessus contre Amalek, l’ennemi (Exode 17,12). Les mains du Seigneur Jésus ne se fatigueront jamais, afin que, dans mes combats, je ne subisse aucune défaite. Comme il le faisait lorsqu’il était sur la terre, priant longtemps avant le jour (Marc 1,35), et le soir (Matthieu 14,23) et même toute la nuit (Luc 6,12), il prie aussi pour moi, j’en suis convaincu.

Ecoutons prier le Seigneur Jésus !

Ouvre donc ta Bible au chapitre 17 de l’évangile de Jean. Le thème de l’entretien du Fils avec son Père t’impressionnera. Le Seigneur Jésus prie pour les Siens ! Ce sont les derniers instants avant sa mort à la croix et il les consacre à intercéder pour les siens. Il prie son Père de garder du mal ceux qu’Il lui a donnés. Il demande qu’il les sanctifie, qu’ils soient séparés du monde, et qu’ils soient unis ensemble. Il exprime ainsi son désir : « Père, je veux, quant à ceux que tu m’as donnés, que là où moi je suis, ils y soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, que tu m’as donnée » (v. 24). Son amour, ses soins et son désir pour nous sont exprimés dans cette prière. C’est ainsi que le Seigneur s’emploie pour les Siens. Et ce ne sont pas seulement les disciples qui sont les objets de cette prière, mais aussi tous ceux qui viendront à la foi (v. 20), donc nous aussi. Remercions-le chaque jour de son amour et de ses soins, afin que notre amour pour lui se réchauffe !



Auteur: Marco Lessmann
Auteur: - « Folge mir nach »