..

Inscription

<retour
   
Quelques exemples de croyants célibataires

En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire. Dans ce passage, nous voyons clairement que chacun peut être satisfait dans la situation où Dieu l’a placé.

L‘avantage du croyant célibataire est qu’il peut être occupé d’une manière particulière des choses du Seigneur. Ceux qui sont mariés ont une abondance de responsabilités au sein de la famille dont le célibataire est libre. C’est pourquoi Paul dit : « Mais je voudrais que vous fussiez sans inquiétude. Celui qui n’est pas marié a le cœur occupé des choses du Seigneur, comment il plaira au Seigneur; mais celui qui s’est marié a le cœur occupé des choses du monde, comment il plaira à sa femme. Il y a une différence entre la femme et la vierge: celle qui n’est pas mariée a le cœur occupé des choses du Seigneur, pour être sainte, et de corps et d’esprit; mais celle qui s’est mariée a le cœur occupé des choses du monde, comment elle plaira à son mari » 1 Cor. 7 : 32-34.

Ainsi, la grande tâche du célibataire est d’être occupé des choses du Seigneur. Cette responsabilité est sans doute celle de tous les enfants de Dieu, mais c’est aux célibataires que cela est adressé d’une manière particulière.

Alors comment pouvons-nous accomplir ce précieux service dans notre vie ? Nous aimerions répondre à cette question par trois exemples de la Parole. Ces exemples – un de l’Ancien Testament et deux du Nouveau – contiennent des indices et des enseignements précieux pour le chrétien célibataire.

Marie

Il semble, pour autant que nous puissions le discerner, que Marie, la sœur de Moïse, n’ait pas été mariée. Elle est mentionnée quatre fois au cours de l’histoire du peuple d’Israël et le Saint Esprit met chaque fois un autre aspect en évidence.

Exode 2 : 4-8

Dans ce passage, nous voyons Marie servir au sein de sa famille. Moïse est né et maintenant il faut le surveiller. C’est Marie qui s’est occupée de cette tâche et elle l’a accomplie avec toute fidélité. Combien de tâches et de services n’y a-t-il pas aujourd’hui, au sein de nos propres familles mais aussi au sein de la famille de Dieu, que des sœurs célibataires (et aussi des frères célibataires) peuvent prendre en charge. Un tel service va de pair avec des bénédictions et une grande joie s’il est fait pour le Seigneur. Dans le monde, l’accent est mis sur ce que l’on peut obtenir. Mais Dieu aime celui qui donne joyeusement, alors cherchons à servir les autres au sein de la famille de Dieu.

Exode 15 : 20-21

Le peuple d’Israël se tient sur l’autre rive de la mer Rouge, libéré de la puissance du Pharaon. C’est certainement avec des cœurs émus qu’ils ont entonné le cantique de louange à leur Dieu. Nous voyons alors Marie, qui avait de l’intelligence et du discernement, conduire les femmes dans la louange. Ceci est également une tâche pour des frères et sœurs célibataires. Ils peuvent d’une manière particulière être occupés à louer et à célébrer Dieu. Quelle bénédiction pour une assemblée locale que la présence de frères et de sœurs célibataires qui débordent de louange envers Dieu.

Nombres 12 : 1-2

Ici, Dieu nous montre une sombre page de la vie de Marie. Unie à son frère Aaron, elle s’est levée pour parler contre Moïse. Dieu a inclus cette histoire dans sa Parole pour notre avertissement. N’est-ce pas un danger particulier pour des sœurs que de parler du mal dans le dos des autres ? Mais les hommes ne sont pas non plus à l’abri de ce péché puisqu’Aaron s’y est laissé entraîner par sa sœur.

L’exemple de Marie devrait parler à chacun de nous. Dieu devait répondre par un jugement en mettant Marie sous sa discipline. Mais heureusement que l’histoire ne se termine pas là. Non, nous pouvons voir Marie rétablie et réintégrée au sein du peuple d’Israël. C’est la grâce de Dieu.

Nombres 20 : 1

La fin de la vie de Marie est arrivée. Elle est morte à Kadès et elle y a été enterrée. Mais est-ce tout ce que la Parole dit à son sujet ? Non ! Des siècles plus tard, le prophète Michée écrit à son sujet et rend le témoignage que Dieu l’a envoyée devant le peuple (Mich. 6 : 4). En Exode 15 : 20, elle est appelée une prophétesse. Ces détails ne sont-ils pas un encouragement pour nous ? Oui, les sœurs célibataires peuvent et devraient devancer le peuple de Dieu, c’est-à-dire être un exemple pour d’autres. Elles peuvent et devraient être des prophétesses, c’est-à-dire avoir du discernement et de l’intelligence dans les pensées de Dieu.

Les frère et sœurs de Béthanie

Les différents passages dans lesquels la maison des trois frère et sœurs, Lazare, Marthe et Marie, sont mentionnés (Luc 10 : 38-42 ; Jean 11 : 1-44 ; Jean 12 : 1-8) nous aident bien à éclaircir notre sujet. Béthanie signifie « maison de l’affligé ». Mais pour notre Seigneur, c’était un endroit où il était accueilli avec amour.

La Parole de Dieu nous montre des caractères spécifiques en rapport avec Marthe, avec Marie et avec Lazare, mais aussi en rapport avec les trois ensemble.

Marthe

La première chose qui nous soit rapportée de cette femme, c’est qu’elle a reçu le Seigneur dans sa maison. Quelle chose merveilleuse ! Elle mettait sa maison à la disposition du Seigneur et de ses disciples aussi souvent qu’ils sont venus. Nous trouvons là un exemple de l’hospitalité à laquelle nous pouvons nous exercer. Mais nous voyons aussi que des frères et sœurs célibataires peuvent remplir l’éventuel vide avec le Seigneur. Les chrétiens célibataires ont effectivement plus de temps que les autres pour être occupés du Seigneur. Et ils peuvent aussi le faire en vue du bien des autres.

Il y a encore une deuxième chose qu’il ne faut pas oublier. Marthe se profile également par le fait qu’elle a accepté l’exhortation. Le Seigneur devait corriger quelque chose chez elle, et elle l’a admis. Les célibataires sont habitués à tout décider eux-mêmes, et c’est normal. Par conséquent, ils ont parfois du mal à accepter une exhortation, une correction ou simplement un bon conseil. Apprenons-le de Marthe.

Lazare

Il ne semble pas avoir été un homme de grandes paroles. Néanmoins nous pouvons apprendre de lui. Premièrement, il est appelé « le mort », deuxièmement nous voyons qu’il était ressuscité d’entre les morts, et troisièmement il était à table avec le Seigneur Jésus.

Dans l’application morale, la première chose signifie que nous devrions vivre dans un état où nous nous tenons nous-mêmes pour morts au péché (ce n’est pas le péché qui est mort, mais nous qui sommes morts au péché). Deuxièmement, la nouvelle vie devrait se développer en nous et se manifester autour de nous. Troisièmement, nous pouvons avoir communion avec notre Seigneur. C’est particulièrement ce dernier point qui s’adresse aux célibataires. Peut-être ressens-tu d’une manière particulière la solitude et l’isolement parce qu’un conjoint te manque. Alors, reconnais-le comme un privilège que tu puisses jouir d’une communion intime avec ton Seigneur. Tu peux prendre toutes tes décisions avec lui.

Marie

Parmi toutes les femmes mentionnées dans la Parole, une place d’honneur particulière lui revient. Jamais le Seigneur n’a oublié ce qu’elle a fait pour lui.

D’abord nous apprenons que Marie a trouvé sécurité et repos aux pieds du Seigneur. Elle avait le temps d’être assise aux pieds du Seigneur Jésus pour écouter sa parole. Pour les mères de petits enfants, prendre ce temps est souvent une lutte continuelle. Du matin tôt jusque tard le soir, les enfants demandent de multiples soins et attentions. Alors il vaut la peine de profiter de cette période de célibat pour pouvoir écouter la parole du Seigneur sans être distrait par les tâches familiales.

En deuxième lieu, nous remarquons que Marie fait la bonne chose au bon moment. Dans la grande tristesse due au décès de son frère Lazare, elle trouve la consolation auprès du Seigneur. Et quand il s’apprêtait à monter à Jérusalem, c’était elle qui l’a oint pour sa sépulture, avant sa mort.

Et finalement nous trouvons chez Marie une grande compréhension des pensées et des voies de Dieu. Elle avait plus de discernement que les disciples. Quels motivation et encouragement pour ceux à qui le Seigneur a donné du temps pour rechercher ses pensées ! Ceci tournera en bénédiction aussi pour leur entourage.

Les trois ensemble

Deux expressions concernent les trois frère et sœurs ensemble. D’un côté nous lisons qu’ils ont fait un souper pour le Seigneur. Ceci nous présente encore une fois la pensée de l’hospitalité et de la communion avec le Seigneur, deux privilèges dont nous pouvons aussi jouir.

D’un autre côté, Jean nous raconte que le Seigneur aimait ces trois frère et sœurs. Est-ce que l’amour d’un conjoint te manque ? Alors rappelle-toi que tu es l’objet particulier du tendre amour de ton Seigneur et Sauveur. Peut-être que tu peux justement jouir de cet amour d’une manière plus profonde que quelqu’un qui est marié.

Timothée

Timothée, le collaborateur et ami de l’apôtre Paul, était probablement aussi célibataire. 1 Tim. 4 : 12 et 5 : 1-2 nous montrent son comportement exemplaire en tant que chrétien célibataire et sa façon d’agir envers les autres.

Son comportement

 « Que personne ne méprise ta jeunesse; mais sois le modèle des fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté. » (1 Tim. 4 : 12).

Timothée était jeune et courait le danger que les autres le regardent avec mépris. Mais il n’y avait aucune raison de le mépriser. Ceci s’adresse aux plus âgés. Nous ne devrions jamais nous permettre de mépriser un jeune croyant ou de ne pas le prendre au sérieux.

Timothée devait être pour les autres un exemple:

  • en parole
    Nous avons déjà vu chez Marie (la sœur de Moïse) que les célibataires sont en danger de parler légèrement et ainsi de causer des dégâts. Etre un exemple en parole est un grand défi.

  • en conduite
    La conduite est ce que l’on voit de nous. Les célibataires devraient être particulièrement prudents pour ne pas avoir un mauvais témoignage. Des jeunes hommes célibataires qui ont la réputation de courir après les jeunes filles ne sont certainement pas un exemple en conduite.

  • en amour
    Ici, nous pouvons penser à notre affection pour le Seigneur. Qui est l’objet de nos affections ? Si tu es célibataire, tu peux concentrer tes affections entièrement pour le Seigneur, sans être distrait par des soucis de famille. C’est un privilège, non ?

  • en foi
    Cette foi, dont  Paul parle en 2 Tim. 1 : 5, qui a d’abord habité dans sa grand-mère, et dans sa mère et qui était aussi en Timothée. Cette foi est l’entière confiance en Dieu. Tu n’as pas de conjoint sur lequel tu peux t’appuyer, mais tu as bien plus. Ta confiance en Dieu peut être un exemple et un encouragement pour d’autres.

  • en pureté
    Dieu, le Créateur, a placé dans l’homme un désir pour l’autre sexe. Le fait de donner libre cours à ce désir en dehors du cadre du mariage comme aussi d’entretenir des relations intimes entre deux personnes de même sexe sont des péchés. Le monde peut voir cela d’un autre œil aujourd’hui, mais les pensées de Dieu ne changent pas. Pour un célibataire, cela peut être lié à de grands exercices dans lesquels seul le Seigneur peut venir en aide.

Sa façon d’agir envers les autres

« Ne reprends pas rudement l’homme âgé, mais exhorte-le comme un père, les jeunes gens comme des frères, les femmes âgées comme des mères, les jeunes comme des sœurs, en toute pureté. » (1 Tim. 5 : 1-2).

Finalement, il ressort de ce passage la pensée générale que des célibataires peuvent prendre le rôle d’enfants voire même de parents pour ceux qui n’en ont pas. Timothée était comme un enfant pour Paul et Paul était pour Timothée comme un père (cf. Phil. 2 : 22). C’étaient deux hommes célibataires – et pourtant quelle relation de confiance, quel lien d’amour entre eux.

Mais un tel lien d’amitié profonde peut également se développer entre deux hommes célibataires du même âge ou deux femmes non mariées du même âge. Les personnes mariées sont liées à leur conjoint ; souvent les conditions pour une amitié profonde avec d’autres ne sont alors pas remplies. Ces amitiés-là sont le privilège particulier des frères et des sœurs célibataires et peuvent apporter une grande bénédiction.
Il n’est certainement pas toujours facile d’être célibataire, et cela ne l’a certainement jamais été. C’est pourquoi les dernières paroles de l’apôtre Paul dans sa lettre à Timothée sont encore d’actualité pour tous les célibataires : « Que la grâce soit avec toi » (1 Tim. 6 : 21).



Auteur: Adapté de E. A. Bremicker