..

Inscription

<retour
   
Acsa

Lire Josué 15:16-19

Acsa était la fille de Caleb. Cet homme de foi avait été l’un des douze espions envoyés au pays de Canaan pour le reconnaître. Lors de ce voyage de 40 jours, il avait été profondément impressionné par le merveilleux héritage que Dieu voulait donner à son peuple. Mais à cause de l’incrédulité de la plupart des Israélites, il a dû séjourner encore longtemps avec le peuple dans le désert. Néanmoins, sa grande estime pour le pays de Canaan est restée bien vivante dans son cœur. En Josué 14, le moment est venu pour recevoir enfin son héritage et en prendre possession, après 45 ans d’attente.

Lors de sa victoire dans le pays, Caleb annonce: « A qui frappera Kiriath-Sépher et la prendra, je lui donnerai ma fille Acsa pour femme » (Jos. 15,16). Othniel alors, son neveu, prend la ville et reçoit Acsa pour femme. En entrant dans leur nouvelle possession, c’est elle qui incite son mari à demander un champ à son père. Elle ne voulait pas avoir seulement une demeure en Canaan, mais également un champ dans lequel récolter les fruits merveilleux de ce pays (Deut. 8,8). Caleb donne alors une parcelle bien ensoleillée à ce jeune couple, mais sa fille n’est pas encore satisfaite. Elle savait que pour que ce champ produise du fruit en abondance, il lui faudrait beaucoup d’eau. C’est pourquoi elle descend de dessus son âne et demande à son père : « Donne-moi une bénédiction ; car tu m’as donné une terre du midi, donne-moi aussi des sources d’eau » (v. 19). Comment Caleb pourrait-il lui refuser cette demande ? Il lui donne alors les sources du haut et les sources du bas.

Appliquons à notre vie spirituelle ce qui caractérise Acsa dans ce récit :

Elle s’intéresse à son héritage

De même que son père et son mari, Acsa attribue une grande valeur au pays de Canaan que Dieu voulait donner à tous les Israélites. Elle l’apprécie et veut y posséder un héritage avec son mari.

Que pouvons-nous en apprendre? Le pays de Canaan avec sa nourriture abondante nous parle des bénédictions spirituelles dans les lieux célestes. Dieu nous les a données en Christ pour que nous les appréciions et en jouissions.

  • Nous possédons des bénédictions personnelles: Nous sommes enfants de Dieu et nous savons que notre Père céleste nous aime. Le Saint Esprit habite en nous et cherche, par la Parole de Dieu, à nous présenter les gloires du Seigneur Jésus. Ces bénédictions, nous en jouissons particulièrement dans notre vie de foi personnelle.

  • Nous avons aussi des bénédictions collectives: En tant que croyants nous faisons partie de l’Assemblée (l’Eglise) de Dieu et nous savons que nous sommes liés avec Christ dans le ciel et avec tous les rachetés sur la terre. Nous en jouissons particulièrement lors des réunions d’assemblée.

En considérant l’exemple d’Acsa posons-nous la question: Quel intérêt portons-nous à nos bénédictions spirituelles ? En tant que jeunes croyants sommes-nous prêts à consacrer du temps et de l’énergie pour apprendre à les connaître et pour en jouir pratiquement ?

Dans son estime pour le pays de Canaan, Acsa se distinguait de beaucoup d’autres Israëlites :

  • Tous ceux qui, au cours de la traversée du désert, voulaient retourner en Egypte (Nom 14:4), n’avaient pas d’intérêt pour Canaan. Pour nous, l’Egypte est une image du monde qui cherche, par ses offres innombrables, à nous ôter la joie des bénédictions spirituelles. C’est pourquoi, veillons pour que nos cœurs ne soient pas pénétrés par l’influence du monde, de peur de perdre notre intérêt pour Jésus Christ.

  • Les deux tribus et demie qui sont restées de l’autre côté du Jourdain (Nom 32:5) à cause de leurs grands troupeaux de bétail ont également dédaigné le pays. De cela nous apprenons que même les choses terrestres peuvent envahir nos cœurs à un tel point que nous devenons indifférents quand à ce que Dieu nous a donné en Christ.

  • Certains Israélites qui sont entrés dans le pays n’ont malheureusement pas eu le courage de s’emparer par le combat d’un héritage personnel (Jug 1:21). Ils sont une image de croyants qui cherchent à éviter le combat spirituel d’Ephésiens 6. Or c’est précisément de cela que dépend la jouissance personnelle et collective des bénédictions célestes.

Cette comparaison d’Acsa avec d’autres Israélites suscite deux questions:

  • Y a-t-il chez nous des obstacles qui nous empêchent de jouir des richesses chrétiennes ?

  • Sommes-nous prêts à mener le combat dans les lieux célestes pour jouir de ces bénédictions ?

Elle soutient son mari

Othniel a conquis la ville de Kiriath-Sépher avec énergie. Lui aussi avait à cœur de posséder un héritage personnel dans ce beau pays fertile. Après son mariage, il a été grandement soutenu par sa femme dans ce désir lorsqu’elle l’a incité à demander à son père un champ.

Acsa est un exemple pour toutes les jeunes femmes mariées car elle réalise ce que le Créateur a déterminé dès le commencement pour la femme : elle était pour son mari une aide qui lui corresponde (Gen. 2,18). Acsa soutenait Othniel dans les bonnes choses et l’a encouragé dans ce que lui-même estimait important.

Quelle bénédiction quand des femmes croyantes fortifient leurs maris dans la lecture de la Parole de Dieu, les assistant dans leur service pour le Seigneur. Quel encouragement pour le mari lorsque, rentrant du travail, il se prend du temps pour lire la Bible, et sait: ma femme me soutient et n’attend pas impatiemment que j’aie fini. Autre exemple : le mari tient un stand biblique sur un marché et distribue de la littérature chrétienne ; quelle motivation pour lui s’il peut se dire : ma femme prie pour moi à la maison !

Un tel soutien demande de la femme du renoncement. Mais le Seigneur apprécie et bénit cette attitude.

Elle prie avec hardiesse

Acsa connaissait son père. C’est pourquoi elle lui demande avec hardiesse des sources d’eau pour irriguer le champ. Combien Caleb se réjouit de son intérêt pour l’héritage et lui donne volontiers et les sources du haut et les sources du bas.

Les sources du haut suggèrent une image de Christ, l’Homme glorifié dans le ciel. C’est lui qui donne aux richesses célestes leur vraie valeur. Car, sans Lui, que serait le ciel pour nous ? Dans les sources du bas, on peut voir une image du Saint Esprit qui, sur la terre, habite dans chaque racheté et dans l’Assemblée. Par la Parole il veille à ce que les bénédictions spirituelles demeurent vivantes dans nos cœurs.

La demande hardie d’Acsa montre dans son application quelques parallèles avec la prière de l’apôtre Paul en Ephésiens 3. Après avoir présenté les richesses chrétiennes que nous possédons en tant que rachetés dans le chapitre 1, il prie le Père de notre Seigneur Jésus Christ dans le chapitre 3 afin que nous puissions aussi jouir de ces bénédictions :

1)  Comme nous avons besoin de force, Paul demande que le Père nous donne « selon les richesses de sa gloire, d’être fortifiés en puissance par son Esprit, quant à l’homme intérieur » (v. 16). Par le Saint Esprit nous recevons, selon la grandeur inestimable de la gloire divine, de la puissance pour la vie nouvelle afin que nous puissions jouir des bénédictions spirituelles. Cela correspond aux sources du bas.

2)  Mais nous avons encore besoin d’autre chose: une personne comme centre de notre vie. C’est pourquoi l’apôtre continue dans sa prière en demandant « que le Christ habite, par la foi, dans vos cœurs » (v. 17). Le Seigneur Jésus, le Fils éternel du Père, qui est maintenant assis comme Homme à la droite de Dieu, doit remplir nos cœurs et diriger notre vie. Cela correspond aux sources du haut.

Notre Père céleste répondra à ces deux demandes avec autant de plaisir que Caleb quand il répondait au souhait de sa fille. Sa réponse dépassera même ces demandes. Nous le voyons dans les derniers versets de la prière de Paul : « Or, à celui qui peut faire infiniment plus que tout ce que nous demandons ou pensons, selon la puissance qui opère en nous, à lui la gloire dans l’assemblée dans le Christ Jésus, pour toutes les générations du siècle des siècles ! Amen » (v. 20-21).

Conclusion

L’exemple d’Acsa nous encourage doublement :

  • à nous enquérir davantage des richesses spirituelles qui nous sont données en Christ afin que nos cœurs en soient toujours plus remplis.

  • à demander à notre Dieu et Père l’énergie de la foi pour mieux réaliser ces vérités chrétiennes et par là à nous réjouir davantage dans le Seigneur Jésus.


Auteur: Matthias Billeter