..

Inscription

<retour
   
Dois-tu aimer Dieu ?

«Quiconque confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui et lui en Dieu. Et nous avons connu et cru l'amour que Dieu a pour nous. Dieu est amour, et celui qui demeure dans l'amour, demeure en Dieu et Dieu en lui… Il n'y a pas de crainte dans l'amour, mais l'amour parfait chasse la crainte, car la crainte porte avec elle du tourment ; et celui qui craint n'est pas consommé dans l'amour. Nous, nous l'aimons parce que lui nous a aimés le premier. Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, il est menteur ; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas ? Et nous avons ce commandement de sa part, que celui qui aime Dieu, aime aussi son frère». 1 Jean 4:15-21

Sous cette question un peu provocante se cachent des vérités importantes. La loi demandait à l’homme d’aimer Dieu (Deut. 6:5), mais l’homme est incapable d’observer la loi. Plus que cela, la Bible nous dit que nos cœurs naturels sont totalement opposés à Dieu: «la pensée de la chair est inimitié contre Dieu, car elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, car aussi elle ne le peut pas». (Rom. 8:7).

Comme croyant, tu peux te fixer peut-être comme but d’aimer Dieu et de concentrer tes efforts et tes pensées sur ton amour pour Lui. Tu penses alors que plus tu aimeras Dieu, plus tu lui seras agréable et plus tu seras aimé de Lui. Tu pars ainsi du principe que la source de l’amour est en toi – et que ton amour pour Dieu produira une réponse d’amour de sa part (en réalité c’est l’inverse, comme tu le verras par la suite). Tu te places alors inconsciemment sous la loi, et tu fais la difficile expérience «qu'en moi, c'est-à-dire en ma chair, il n'habite point de bien» (Romains 7:18). Dans cet état, nous sommes tristes et malheureux. Quelqu’un a écrit: «Ne sois pas découragé si tu arrives à la conclusion que tu n’aimes pas Dieu. Ce n’est pas là la véritable question».

L’apôtre Jean nous dit : «en ceci est l’amour, non en ce que nous nous ayons aimé Dieu, mais en ce que lui nous aima et qu’il envoya son Fils pour être la propitiation pour nos péchés » (1 Jean 4:10). La base de ta relation avec Dieu n’est donc pas ton amour pour Lui, mais son amour pour toi. En es-tu conscient?  Cela est de la première importance, parce que tant que tu n’es pas certain de l’amour de Dieu pour toi, tu ne peux pas l’aimer réellement. Dieu t’a donné la meilleure preuve de son amour dans l’envoi de son Fils pour te donner la vie et pour régler la question de tes péchés. L’apôtre dit : «et nous avons connu et cru l’amour que Dieu a pour nous». Et toi, as-tu connu et cru cet amour que Dieu a pour toi? Tout commence là.

«Nous, nous l’aimons parce que lui nous a aimés le premier» (v.19). L’apôtre ne dit pas «nous devons l’aimer» mais «nous l’aimons». Il n’est pas possible que tu connaisses l’amour que Dieu a pour toi, sans l’aimer à ton tour. C’est en goûtant dans ton cœur cet amour de Dieu pour toi, qu’est produit, comme un «réflexe», ton amour pour Lui. Nous trouvons aussi au verset 15 ces deux étapes dans le fait que: Dieu demeure en nous (c’est sa grâce et son amour envers nous) et que nous demeurons en lui (prenant confiance à cause de sa grâce, nous faisons de Dieu l’habitation de nos cœurs).

Lorsque nous avons péché, le Seigneur doit nous montrer ce qu’il y a dans nos cœurs en nous amenant à la confession et au jugement de nous-même. En dehors de cela, ne soyons pas tant occupés de nous-même et de notre amour pour lui. Occupons-nous de son amour pour nous et «croissons dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ» (2 Pi 3,18).

Il reste encore ce commandement du verset 21: «que celui qui aime Dieu, aime aussi son frère». C’est par notre amour pour ceux qui ont la vie de Dieu (même pour ceux qui sont difficiles à supporter), que nous pouvons mesurer concrètement de quelle manière la vie divine s’exprime en nous.



Auteur: Christian Aeberli