..

Inscription

<retour
   
Une journée de la vie d’Alex avec le Saint Esprit

Le Saint Esprit habite dans chacun des croyants.
Qu’est-ce que cela signifie concrètement dans la vie de tous les jours ?

Le réveil d’Alex indique 06:05 heures et sonne. Alex reçoit comme un coup sur la tête. Il doit se rendre à l’évidence : c’est lundi matin. La nuit est terminée. Il se retourne en marmonnant et s’enroule encore plus profondément dans ses draps, en pensant que le réveil sonnera de nouveau automatiquement 10 minutes plus tard. Ce sera encore bien assez tôt pour se lever et se préparer « version rapide ».

Alex est chrétien. Il est né de nouveau ; le Saint Esprit habite donc en lui. En se retournant, Alex se dit pourtant : « Debout ! Si tu ne sors pas du lit immédiatement, ton moment tranquille sera de nouveau raté ! » L’agréable chaleur du lit perd alors la bataille. Un départ sans Dieu lui a déjà trop souvent gâché la journée. En se levant, Alex sent ses articulations grincer.

L’Esprit travaille en lui tandis qu’il lit sa Bible. La lecture du jour est dans Ephésiens 4. Alex s’arrête au verset 30 : « N'attristez pas le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. » « Attrister le Saint Esprit – qu’est-ce que cela signifie ? » se demande-t-il. Ses pensées sont dirigées vers la lecture du dimanche précédent. Il feuillette les pages en arrière : C’était à propos de Luc 4. Avec quelle insistance était-il mentionné que le Seigneur Jésus était « plein de l’Esprit Saint », qu’il était « mené par l’Esprit » et qu’il agissait « dans la puissance de l'Esprit » ! « Quel parfait exemple ! » pense Alex, puis il en parle au Seigneur dans sa prière. « La lecture était courte mais bien utile ; » se dit-il « j’ai reçu quelque chose ».

Le petit-déjeuner, un coup d’œil sur le journal puis avec son sac sur une épaule, il se met en marche pour aller prendre le bus. Le Saint Esprit toujours en lui l’accompagne. Trois maisons plus loin, Léna, une fille de sa classe, l’attend. Alex n’est pas le seul à trouver Léna mignonne. « Hello! T’as fait la grasse matinée ? » lui lance amicalement Léna pour le chicaner. En lui le Saint Esprit se manifeste : « Attention, reste pur ! » Alex continue sa route en souriant : « J’suis aussi frais que chaque lundi matin et … j’espère assez réveillé pour le test d’anglais. Et toi ? »

Au cours d’anglais, il y a un test. Le Saint Esprit est toujours présent en lui. Alex a révisé sa grammaire le soir avant. Il prie encore une fois mentalement. Et ça se passe très bien, jusqu’à la traduction. « However » ne lui revient tout simplement plus à l’esprit. Du coin de l’œil, il regarde vers Thomas, qui est assis à côté de lui. Un petit coup d’œil sur son cahier… « Sois droit ! » se dit-il. « Réfléchis encore une fois correctement ! » Alex ne regarde pas et la solution « néanmoins » ne lui vient pas à l’esprit. Dans son cahier l’espace restera vide. Alex est tout de même content. Il est resté correct. La récompense ne se trouvera pas dans son cahier mais elle est bien réelle…

Pendant la pause, il se relaxe dans la cour avec Thomas et les autres. En lui le Saint Esprit est toujours là. Max frime avec ses nouvelles « Nike ». Au-dedans d’Alex, la jalousie pointe son nez. Ses « Puma » n’ont pas une année mais quand il les compare aux chaussures de Max… « Allez, oublie ces pensées », se rassure-t-il. « Faut-il au moins 160 francs pour être bien vu ? Est-ce vraiment si important que ça ? » Alex sourit pour lui-même ; être bien vu ce n’est pas tout dans la vie. L’Esprit le fortifie. Aux yeux de Dieu, sa valeur ne tient pas à ses habits, heureusement, se dit Alex reconnaissant. « Vous faites quoi cet après-midi ? », dit-il pour changer de thème. Ils se décident bientôt pour le terrain de basket.

En retournant en classe, ses camarades se moquent de Matéo. « Maintenant c’est Matéo qui doit faire son exposé, mais vous allez voir, il va se louper ! » lance Max et Thomas rigole avec lui. Alex, en qui l’Esprit suit tout, corrige : « Attendez un peu. Il va sûrement se donner de la peine. » Dans ses pensées, il ajoute : « s’il y a quelque louange… » (Phil. 4 :8)

De retour à la maison, c’est le repas de midi. Une petite sœur, qu’est-ce ça peut agacer ! Ça parle pour ne rien dire. Mais rien n’échappe au Saint Esprit. Cependant la conscience d’Alex est mise de côté : « C’est elle qui a commencé ! » se dit-il, puis il entend au fond de lui-même : « Tu dois t’excuser ». « Elle d’abord » : marmonne-t-il. Indécis, il regarde par-dessus la table. Sa sœur lui sourit avec insolence. Ah ! s’il pouvait lui en flanquer une ! Mais il se ressaisit, il veut se débarrasser d’une telle pensée et porter sa part de responsabilité pour garder la paix : « Désolé, Nina ».

Alex monte dans sa chambre par l’escalier. En lui le Saint Esprit est toujours là. Alex a des devoirs à faire. Pour la géographie, il doit de nouveau lancer des recherches sur Internet. Ça va vite avec Wikipédia. Il imprime la page trouvée et « google » encore un peu. Ça sonne en lui : « Attention ! ». Allez, pour s’informer un peu, l’actualité c’est rien de grave. L’alerte sonne plus fort « Attention ! », lorsqu’il déroule la page suivante – il faut quand même être au courant avec les stars. « Tu as mieux à faire ! N'attristez pas le Saint Esprit ! » Mais Alex continue à cliquer, toujours plus loin… Sa conscience reste avec lui. « Ne fais pas ça ! Ne fais pas ça ! Ne fais pas ça !… » Le Saint Esprit a tout vu.

Alex rejoint le terrain de basket. Le Saint Esprit est toujours en lui. L’équipe d’Alex prend rapidement le dessus, mais lui-même a plus de peine. « Ça ne veut rien dire, c’est pas tous les jours la même chose », pense-t-il. Il arrive avec le ballon dans la zone de tir et se prépare à viser le panier. Son adversaire Louis lui pique le ballon entre les jambes. Comment réagirait un champion ? par des jurons, bien sûr …mais une voix intérieure le calme : « Reste fair-play, ne te laisse pas provoquer ». Alex respire profondément et tape la main avec Louis.

Après le jeu, Louis vient vers lui. C’était bien joué. T’as pas envie de venir faire la fête ce soir ? Thomas apporte la Vodka. On a aussi du Coca et du jus d’orange, ce sera pas mal ! » « Non, laisse tomber », répond Alex, « pas le lundi ». Mais une voix se fait entendre en lui : « Est-ce réellement la bonne raison ?  Sois donc clair ». Et bien évidemment, Louis propose : « Pas lundi, alors plutôt vendredi ? » « Ça y est ! », s’énerve Alex intérieurement. Il respire profondément puis : « Non, je ne veux pas me remplir de ça. Je préfère maîtriser ce que je fais ». « Oh ! si tu ne veux pas, tant pis, lance Louis à la légère, c’était une proposition ». Alex a été touché. L’amitié de Louis lui est importante mais Alex réfléchit ensuite : « L’amitié du Seigneur Jésus est bien plus importante ! » Il pense avec admiration au Seigneur Jésus qui ne s’est pas laissé entraîner par de fausses amitiés. « Merci, Seigneur Jésus. »

Revigoré, Alex rentre chez lui. En chemin, il passe à côté de la maison de Mme Durand, une personne âgée, chrétienne elle aussi, qui se réjouit toujours de voir Alex. « Sonne donc chez elle », une bonne idée que lui suggère l’Esprit. « Oh non,  se dit-il, ça me prendra trop de temps et en plus je ne peux pas me présenter tout transpirant. » «Ça lui fera plaisir et ça plaira au Seigneur Jésus. Et sûrement que ça te fera plaisir à toi aussi. » Mais Alex est déjà plus loin. Une occasion manquée.

Après le souper, Alex se jette sur son lit et bouquine encore un peu. Il est tellement fatigué du basket qu’il éteint bientôt la lumière. Les images d’Internet lui reviennent à l’esprit. Les yeux ouverts, il regarde dans le noir au-dessus de lui. A quelque part, il se sent vide et rempli tout à la fois. Avec puissance, l’Esprit travaille en lui pour le protéger de futurs péchés, le diriger dans la bonne direction. La repentance s’amorce, ses yeux deviennent chauds, il a matière à confesser devant Dieu. Quel privilège de se savoir pardonné !

Quelques scènes de la journée lui reviennent à la mémoire. C’est l’Esprit Saint qui continue à le travailler. De bons moments, de moins bons moments… il y avait des hauts et des bas. Combien de fois déjà n’a-t-il pas fait cette expérience ? « Il y a deux ou trois choses qui ont fait plaisir au Seigneur Jésus », se réjouit Alex. Mais les occasions manquées le déçoivent. « N’attristez pas le Saint Esprit de Dieu… » Pourquoi ne puis-je pas m’améliorer, et même me surpasser ? Il n’y arrive en tout cas pas tout seul. Il se décide d’écouter mieux le Saint Esprit. Se laisser remplir par lui. Recevoir les forces de lui, pour rester sur le bon chemin...celui du Saint Esprit de Dieu qui vit en lui.



Auteur: Thorsten Attendorn
Auteur: - « Folge mir nach » 02/2008