..

Inscription

<retour
   
Pas de temps ?

« Je n’ai pas le temps ! » C’est certainement une excuse que nous employons très souvent dans notre vie. Et pourtant, nous avons tous le même temps à disposition. Chaque heure a 60 minutes et chaque journée 24 heures. Notre problème consiste en ce qu’il y a souvent plus à faire que de temps à disposition.

Dieu nous donne du temps, mais pas sans limite. L’apôtre Paul écrivait aux Corinthiens : « Or je dis ceci, frères: le temps est difficile [le mot grec « sustello » exprime la pensée que le temps est compressé ou serré] » (1 Cor. 7:29). Même la vie relativement longue d’un homme (70 à 80 ans) est décrite par Jacques comme une « vapeur paraissant pour un peu de temps et puis disparaissant » (Jacq. 4:14). Nous n’avons pas besoin d’intervenir pour que le temps s’écoule continuellement et irrémédiablement. Le temps ne s’arrête pas – que nous le mettions à profit ou non. Le temps que nous gaspillons est perdu pour toujours et ne reviendra plus. Nous ne pouvons pas multiplier le temps à notre disposition, mais nous pouvons veiller à mieux l’utiliser. C’est pourquoi apprenons à bien à bien gérer notre temps, à l’utiliser sagement.

Mais, malheureusement, ce n’est pas si facile. Il est bien vrai que souvent nous n’arrivons pas à accomplir ce que nous aimerions faire depuis longtemps, mais en même temps nous devons bien avouer que nous trouvons du temps pour d’autres activités, n’est-ce pas ? Nous devrions donc tous apprendre à utiliser notre temps avec sagesse et à bien le répartir. Car une chose est claire : Le temps est un don de Dieu qu’il renouvelle, pour ainsi dire, chaque matin envers nous et il attend que nous l’employions de la bonne manière. L’apôtre Paul l’exprime ainsi dans son épître aux Ephésiens : « Prenez donc garde à marcher soigneusement, non pas comme étant dépourvus de sagesse, mais comme étant sages; saisissant l'occasion*, parce que les jours sont mauvais » (Eph. 5:15-16).

Comme déjà dit, il y aura toujours un plus grand choix d’activités que de temps à disposition. C’est pour cela que nous devons prendre des décisions quant à nos occupations.

Nos objectifs définissent en général notre emploi du temps
Les objectifs décrivent les choses que nous aimerions atteindre. Les plans englobent tout le processus de la définition de l’objectif jusqu’à la détermination des pas ou étapes nécessaires pour atteindre le but. C’est ainsi que nos objectifs et nos plans définissent (d’une manière consciente ou non) comment nous employons notre temps et pour quelles activités nous nous décidons. Si je poursuis un objectif, je mettrai tout naturellement du temps à disposition et je choisirai les activités qui me permettront d’atteindre ce but.

A plusieurs reprises nous lisons dans la Parole que nous devrions avoir des objectifs clairs. A l’image d’une compétition sportive, l’apôtre Paul nous montre par exemple que nous devons avancer résolument si nous voulons être utiles devant Dieu dans notre vie. Il dit : « Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans la lice courent tous, mais un seul reçoit le prix? Courez de telle manière que vous le remportiez ... Moi donc je cours ainsi, non comme ne sachant pas vers quel but; je combats ainsi, non comme battant l'air » (1 Cor. 9:24-26).

Un objectif clairement identifié l’a amené à dépenser toute son énergie pour une bonne cause : « oubliant les choses qui sont derrière et tendant avec effort vers celles qui sont devant, je cours droit au but pour le prix de l'appel céleste de Dieu dans le Christ Jésus » (Phil. 3:14).

Avant sa conversion, Paul poursuivait d’autres objectifs, agissant « dans l'ignorance, dans l'incrédulité » (1 Tim. 1:13). Maintenant Dieu lui a ouvert les yeux pour de « nouveaux » objectifs. Il estimait les choses pour lesquelles il avait dépensé son temps avant sa conversion comme des « pertes » et des « ordures » (comp. Phil. 3:7-8).

Personne n’aimerait, à la fin de sa vie, regardant en arrière avec regret, voir tout ce qu’il aurait pu faire, mais qu’il n’a pas fait parce qu’il poursuivait des objectifs de moindre importance.

Ayons donc des objectifs qui soient en accord avec le but de Dieu pour notre vie. De tels objectifs auront nécessairement la Parole de Dieu comme fondement.

Mais avant de commencer à nous fixer des objectifs, il nous faut réfléchir au but de notre vie. Du but de notre vie devraient découler tous nos objectifs. On peut aussi dire que tous nos objectifs devraient nous approcher du but de notre vie.

Quel est le but de notre vie ?
Par le Nouveau Testament, nous savons que tout l’univers, y compris l’homme, a été créé par le Fils de Dieu et pour lui (Col. 1:15-16). « Pour lui » veut dire que tous les hommes sont appelés à servir Dieu et à vivre pour sa joie. C’est ainsi qu’ils le glorifient. C’était là le but de Dieu en créant l’homme. Par le péché, l’homme s’est révolté contre Dieu et dès lors, il s’est rendu incapable de lui plaire (Rom. 8:8). Mais le croyant, par la grâce magnifique de Dieu, est rendu capable en Christ de vivre par l’Esprit et par-là même à la gloire de Dieu (comp. Rom. 6:4 et 8:4). La question qui se pose maintenant est : le but de notre vie est-il en accord avec le but de Dieu ?

Ce but englobe tous les domaines de notre vie. Il devrait être réalisé dans la famille, dans la vie professionnelle, dans la vie d’assemblée et même dans nos loisirs. Si nous planifiions toutes nos activités en rapport avec ce but élevé, quelle transformation cela pourrait produire dans notre vie !

Lorsque nous prévoyons l’occupation de notre temps, posons-nous la question pour chaque activité : « me rapproche-t-elle de ce but ? », et nous nous plaindrons certainement moins d’un manque de temps, car nous discernerons beaucoup de choses futiles que nous ne ferons plus.

Le Seigneur Jésus a parfaitement réalisé ce but dans sa vie et nous faisons bien de considérer son exemple en rapport avec notre sujet. En contemplant la vie du Seigneur Jésus, telle qu’elle nous est présentée dans les quatre évangiles, nous ne le voyons jamais ni gaspiller son temps ni agir dans la précipitation.

Le but de notre vie est de glorifier Dieu. Mais cela ne signifie pas que nous ne puissions atteindre ce but qu’à la fin de notre vie. Bien sûr, nous pouvons, et nous devons glorifier Dieu chaque jour et à chaque heure. Le but de notre vie n’est donc pas un but à atteindre « à la fin », mais ce but est pour chaque moment, il s’étend sur notre vie entière et nous n’en avons jamais vraiment fini. Dans ce contexte, il est intéressant de remarquer la signification littérale du mot « pécher », qui, autant en grec qu’en hébreu, veut dire « manquer le but ».

Les priorités sont le vrai secret de la gestion du temps
Il a déjà été mentionné que le problème de fond dans la gestion du temps consiste en ce que le nombre de choses que nous aimerions faire demande plus de temps que nous n’en avons à disposition. C’est pourquoi nous devons considérer quels objectifs nous aimerions poursuivre prioritairement et quels objectifs nous devrions en revanche peut-être abandonner entièrement pour avoir plus de temps pour les objectifs plus importants. La question qui se pose est donc la suivante : comment sélectionner parmi les nombreux objectifs valables ceux que je dois moi-même poursuivre ?

Pour y voir clair, il nous faut définir des priorités, les bonnes priorités. Si nous connaissons nos priorités, nous pourrons mieux distinguer les choses vraiment importantes de celles qui ne sont peut-être qu’urgentes (et auxquelles nous avons tendance à donner la priorité).

Dans un exemple tiré de l’Ancien Testament nous voyons combien il est important d’établir le bon ordre entre les différents objectifs dans notre vie. Au temps du prophète Aggée, l’Eternel a dû reprendre le peuple : « Est-ce le temps pour vous d'habiter dans vos maisons lambrissées, tandis que cette maison est dévastée? » (Agg. 1:4).

Ce n’est pas un mauvais objectif en soi d’entretenir son logement. Par contre, si on attribue à cet objectif une importance telle que nous y dépensons trop de temps et qu’ainsi nous négligeons d’autres objectifs plus importants, comme la construction de la maison de Dieu (au sens spirituel), cela devient une gestion du temps que Dieu ne peut pas bénir. C’est pourquoi il est tellement important de choisir les bons objectifs dans notre vie et de leur donner la bonne priorité.

Pour sa carrière professionnelle, mais aussi pour tous les domaines de sa vie, tout croyant doit apprendre à mettre les bonnes priorités dans son désir de bien travailler**. Et cet exercice est continuel. La sobriété et la maîtrise de soi, dans ce domaine aussi, sont des vertus spirituelles que le Saint Esprit désire produire en nous (Gal. 5:22-23 ; 1 Pierre 5:8).

La Bible nous donne quelques lignes de conduite très utiles pour établir les bonnes priorités. Elle nous parle à plusieurs reprises de ce qui est primordial :

  • Le royaume de Dieu a la priorité sur les choses terrestres
    « Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses [nourriture, vêtement] vous seront données par-dessus. » Mat. 6:33

  • La construction de la maison de Dieu (voir 1 Cor. 3:9-15) a la priorité sur les intérêts personnels et terrestres
    « Est-ce le temps pour vous d'habiter dans vos maisons lambrissées, tandis que cette maison [le temple] est dévastée? » Aggée 1:4

  • Le domaine de responsabilité « plus proche », a la priorité sur celui qui est « plus éloigné »
    « Les fils de ma mère se sont irrités contre moi, ils m'ont mise à garder les vignes; ma vigne qui est à moi, je ne l'ai point gardée. » Cant. 1:6
    « Les sacrificateurs réparèrent [la muraille de Jérusalem] au-dessus de la porte des chevaux, chacun vis-à-vis de sa maison. » Néh. 3:28


  • Les intérêts de Christ [particulièrement la sollicitude pour les croyants] ont la priorité sur nos propres intérêts
    « Car je n'ai personne qui soit animé d'un même sentiment avec moi pour avoir une sincère sollicitude à l'égard de ce qui vous concerne; parce que tous cherchent leurs propres intérêts, non pas ceux de Jésus Christ. » Phil. 2:20-21

Une planification réfléchie et la direction du Seigneur – une contradiction ?
Nous avons donc vu que pour bien gérer notre temps nous avons besoin de planifier soigneusement. Nous devons établir nos priorités dans le bon ordre et choisir nos activités en fonction de nos objectifs prioritaires. Maintenant on peut se poser la question s’il y a une contradiction entre, d’une part, planifier l’emploi de notre temps (par exemple en établissant nos objectifs et en réfléchissant aux dispositions nécessaires pour y arriver) et d’autre part, nous laisser entièrement diriger par le Saint Esprit dans toutes nos circonstances.

Dans la Parole, nous trouvons bien des passages qui nous montrent que nous devons mener notre vie d’une manière réfléchie, sage et intelligente (Eph. 5:15-16 ; Phil. 3:14 ; Col. 4:5). Nous y trouvons aussi beaucoup d’indications quant à ce après quoi nous devons aspirer et ce que nous avons à rechercher (Dan. 1:8 ; Mat. 6:33 ; Rom. 1:13 ; Rom. 12:13 ; 1 Tim. 3:1). Cette aspiration contient aussi une approche planifiée et axée sur un but. Le Seigneur Jésus lui-même approuvait la réflexion avant l’action. Il a utilisé l’illustration suivante pour expliquer pourquoi celui qui voulait devenir son disciple devait d’abord réfléchir soigneusement: « Car quel est celui d'entre vous qui, voulant bâtir une tour, ne s'asseye premièrement et ne calcule la dépense, pour voir s'il a de quoi l'achever? » (Luc 14:28). Un tel principe qui s’applique dans la décision de devenir un disciple s’applique d’autant plus dans la vie de disciple. Réfléchir à ce qui est devant soi est tout à fait biblique. Ne nous laissons pas vivre de façon irréfléchie, selon le principe du « advienne que pourra ». Cela n’est approuvé nulle part.

Il est toutefois remarquable que dans beaucoup de passages où il est question de « marcher soigneusement » (donc indirectement de la gestion du temps) il est aussi fait mention de la volonté du Seigneur ou de Dieu. Suite à Eph. 5:15-16, on trouve : « C'est pourquoi ne soyez pas sans intelligence, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur » (v.17). Au chapitre 4 de l’épître de Jacques, il est dit aux personnes qui ont de grands projets pour leur avenir : « … au lieu de dire: Si le Seigneur le veut et si nous vivons, nous ferons aussi ceci ou cela » (v.15). Ce n’est pas le fait de planifier qui est jugé mais le fait de planifier sans tenir compte de la volonté du Seigneur ou sans rechercher celle-ci.

Ainsi planifier n’est pas contraire à la direction par le Saint Esprit, mais le principe reste : toute planification doit se faire en accord avec la volonté du Seigneur et ainsi sous la direction du Saint Esprit.

Autrement dit : la volonté de Dieu doit devenir mon plan.

Nos planifications ne devraient cependant pas nous empêcher d’être ouverts en tout temps à des corrections et des changements, si le Seigneur nous les montre nécessaires. Ceci implique bien sûr que nous soyons en communion avec lui. Dieu a parfois d’autres plans pour nous, qui seront en bénédiction pour nous ou pour d’autres. Ses voies et ses pensées sont plus élevées que nos pensées (Es. 55:9). Trois exemples de la Parole peuvent nous aider à mieux comprendre ce principe :

  • En 1 Rois 8:17-19 Salomon raconte que son père David avait formé dans son cœur le plan « de bâtir une maison pour le nom de l'Éternel, le Dieu d'Israël », et que Dieu avait reconnu cette intention comme étant bonne. Le plan en lui-même était agréable à Dieu, néanmoins Dieu voulait se servir d’une autre personne pour l’exécuter (à savoir Salomon).

  • En Rom. 1:13 nous parle des plans de Paul qui s’était « souvent proposé » d’aller vers les croyants à Rome. Mais il en a été empêché car à ce moment-là, cela ne correspondait pas encore à la volonté de Dieu (v.10).

  • Nous trouvons un autre exemple en Actes 16 où le Saint Esprit s’est opposé à un projet et a conduit à une correction de l’itinéraire de l’apôtre Paul (v.6-10).

La mise en pratique d’une bonne gestion du temps
Nous aimerions simplement donner ici quelques principes spirituels fondamentaux en rapport avec la gestion du temps dans la pratique :

  • La communion avec le Seigneur dans la prière
    La prière est la condition préalable la plus importante dans toute planification. Dieu seul sait quel est le meilleur plan pour notre vie. Si nos objectifs ne sont pas en accord avec le plan de Dieu, nous allons certainement gaspiller notre temps par beaucoup de futilités. Demandons à Dieu de la sagesse (Jacq. 1:5) et de la clairvoyance pour nos objectifs. « Remets tes affaires à l'Éternel, et tes pensées [plans] seront accomplies » (Prov. 16:3).

  • Le point de départ : la Parole de Dieu
    Nos objectifs et nos intentions ne sauraient être en contradiction avec la Parole de Dieu. Ils doivent être en parfait accord avec les propos de Dieu à notre égard pour nous tous qui sommes croyants. Assurons-nous donc que nos objectifs correspondent à la doctrine et aux instructions de la Bible.

  • La direction concrète du Saint Esprit
    Dieu a « préparé à l’avance » les bonnes œuvres de notre vie (Eph. 2:10) et il aimerait nous conduire par son Esprit (voir Rom. 8:14). Donc chaque pas, chaque activité est sous sa direction, et pas seulement les « grandes lignes ». Il nous conduit par son Esprit et nous donne la force et la liberté pour agir.

  • Notre motivation
    Réfléchissons davantage à ce qui nous motive dans nos activités et dans la poursuite de nos objectifs. Cherchons-nous à satisfaire nos propres désirs ? Même dans les choses spirituelles nous pouvons facilement être motivés par l’égoïsme, voire l’orgueil. Encourageons-nous par les motifs désintéressés de l’apôtre Paul en 1 Thess. 2.

  • La correction
    Comme déjà mentionné, dans toutes nos planifications nous devrions être ouverts aux changements et corrections que le Seigneur pourrait nous montrer. Ces corrections peuvent être par exemple des événements extérieurs (tempête, train raté, pneu plat ou autre) ou un verset de la Parole auquel on n’était pas attentif. Respectons aussi les sages conseils de frères et sœurs spirituels. « L'enseignement du sage est une fontaine de vie » (Prov. 13:14, voir aussi 12:15 et 13:10) et nous ne devrions pas abandonner le « conseil des vieillards » (1 Rois 12:13).

Gérer notre temps au fil d’une journée
Ce qui est vrai pour les objectifs que nous poursuivons est tout aussi vrai pour ce qui concerne la gestion quotidienne de notre temps. Chaque jour nous avons à faire le choix de nos activités, de l’emploi de notre temps. Et presque chaque jour nous réalisons que nous n’avons pas eu le temps de faire tout ce que nous avions planifié. Comment être sûrs alors de ne pas perdre notre temps au point de ne plus arriver à faire ce qui a de l’importance et qui est d’une valeur éternelle?

Les mêmes principes que nous avons vus quant aux choix de nos objectifs s’appliquent aussi à la planification de nos journées. Voici encore trois points qui peuvent nous aider à mieux gérer notre temps dans une journée :

  • D’abord les choses importantes
    Nous sommes quotidiennement confrontés à beaucoup de choses imprévues. Pour être sûrs d’arriver à faire les choses importantes que nous avons planifiées, il nous faut commencer par celles-ci (le matin, mais aussi au début d’une période de temps libre). Ainsi il vaut la peine de commencer nos journées par un moment de communion avec Dieu, par la lecture de sa Parole et la prière. Sinon nous risquons d’être pris par beaucoup de choses et finalement nous n’aurons pas trouvé le temps pour ces moments si importants.

  • Ne pas prévoir trop de choses
    C’est bien connu que nous sommes souvent peu raisonnables dans le nombre de choses que nous prévoyons de faire dans une journée. Il en résulte forcément que nous n’arrivons pas à tout faire. Veillons à ne pas remplir nos journées avec des tâches secondaires aussi légitimes soient-elles (vie professionnelle, consultation des médias (voir Actes 17:21), soins corporels et vestimentaires, ménage, jardinage, etc.). En y réfléchissant, on sera peut-être amené à abandonner certaines de nos activités ou à changer nos habitudes pour avoir davantage de temps pour les choses de Dieu.

  • Sain emploi du temps
    Pour bien gérer notre temps tout au long de la journée, nous avons besoin de rester dans une communion continuelle avec Dieu. C’est ainsi seulement que le Saint Esprit aura toute liberté pour nous donner le discernement et la force de faire les choses vraiment importantes. Il suffit que nous nous permettions une seule activité nourrissant notre chair pour aboutir  dans une situation dangereuse quant à notre motivation et notre discernement pour les choses importantes. Demandons à Dieu chaque jour la grâce de rester dans sa dépendance – tout au long de la journée.

Respecter le planning
Dans la gestion du temps, la plus grande difficulté est souvent de réellement faire ce que nous nous sommes proposé pour la journée. Après avoir établi notre planning selon tous les conseils mentionnés ci-dessus, nous n’en tirerons aucun profit si nous ne le mettons pas en pratique. Trop souvent nous nous proposons quelque chose, le mettons peut-être même par écrit, mais finalement nous réalisons que « nous n’y arrivons pas ». La meilleure recommandation pour la réalisation des activités planifiées est de se laisser motiver par Dieu. C’est lui demander la joie et l’énergie pour l’accomplissement de nos tâches.

Si nous aimons faire quelque chose, nous nous mettrons à l’ouvrage plus volontiers. Par contre nous avons la tendance à chercher des excuses pour les activités que nous n’aimons pas faire et nous essayons de les repousser à plus tard. L’intérêt pour les choses spirituelles ne nous remplit pas automatiquement. Mais Dieu peut et veut nous donner une vraie joie pour les choses spirituelles si nous le lui demandons sincèrement. Et ce n’est qu’ainsi que nous reconnaîtrons les bonnes priorités, que nous pourrons respecter le planning et accomplir le plan de Dieu pour notre vie. Selon Phil. 2:13 c’est Dieu qui opère en nous « et le vouloir et le faire, selon son bon plaisir ». A ce sujet il est peut-être utile de rappeler que lorsque nous nourrissons la chair nous allons à l’encontre du travail de Dieu en nous.

Un résumé
En y réfléchissant, tu penses peut-être comme moi que jusqu’à ce jour il y a eu beaucoup de temps perdu par manque d’une bonne gestion des priorités. N’est-il pas important alors de mieux nous y prendre pour le reste de notre vie (qui peut ne plus être très long !)

Peut-être est-ce utile d’emporter ces quelques éléments clés :

  • Choisissons et poursuivons, parmi tous les objectifs potentiels (et le choix est grand), ceux qui nous amènent plus près du but de notre vie : de glorifier Dieu.

  • Demandons la volonté du Seigneur lors du choix de nos objectifs et lors de notre planification, et soyons toujours ouverts quand aux corrections qu’il pourra nous montrer.

  • Réservons-nous du temps au début de chaque nouvelle journée (mais aussi au commencement de toute période de temps libre) pour les tâches qui nous permettent d’atteindre les objectifs importants. Sinon les autres choses nous absorberont facilement.

  • Mettons les bonnes priorités parmi le grand nombre d’activités et de tâches qui sont devant nous chaque jour.

  • Au début de chaque nouvelle journée, demandons au Seigneur de nous fournir la joie et la force pour accomplir les choses importantes, ce qui est à la gloire de Dieu.

 


* L’expression grecque pour « saisissant l'occasion » pourrait aussi être traduite par « rachetant le temps » ; J.N.Darby l’a traduite ainsi dans sa version anglaise ; le verbe « exagorazo » employé ici est aussi utilisé en Gal. 3:13 et 4:5 où il est traduit par « racheter » ; « exagorazo » peut aussi être traduit par « éviter une perte » - ce qui prend tout son sens en rapport avec notre sujet : veiller à ce que notre temps ne soit pas « perdu ».

** A ce sujet il est peut-être utile de prendre un moment pour réfléchir à nos ambitions professionnelles. La Bible nous enseigne de travailler comme pour le Seigneur et non pour les hommes (Col. 3:22-24). Elle nous apprend aussi que le but principal du travail est de subvenir à nos besoins (1 Thess. 4:11-12). Nos ambitions ne vont-elles pas souvent bien plus loin et ne seraient-elles pas motivées par notre chair ? Puisse le Seigneur nous garder dans nos ambitions afin que notre temps soit employé premièrement pour Lui. (Voir aussi PERSEVERE N°2 – Fév2011)



Auteur: Adapt de G. Ehe
Auteur: - « Folge mir nach » 06/1994